Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Titanic II, réplique du célèbre paquebot, sera fabriqué en Chine

© DR

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2013

Le milliardaire australien Clive Palmer a choisi une entreprise navale chinoise pour construire le bateau de ses rêves : une réplique à l'identique du fameux paquebot Titanic. Au risque de susciter quelques railleries.

L’industrie chinoise a une occasion en or de prouver qu’elle peut relever des défis ambitieux. En l’occurrence, il s’agit de construire un paquebot Titanic II, à l’identique de celui qui a coulé lors de sa première croisière le 15 avril 1912.

Ce projet mégalomaniaque est porté par le milliardaire australien Clive Palmer, qui a donc chargé il y a quelques mois la Chine du chantier naval et fixé la livraison en 2016, date d’un premier voyage entre l’Angleterre et New York. Dans un pays fasciné par le film de James Cameron - la version en 3D l’année dernière a enregistré une audience record - et habitué des répliques de sites touristiques occidentaux, comme aime le rappeler le Washington Post, le projet semble naturel.

Le constructeur naval Jinling Shipyard, fondé en 1952, assure pouvoir relever le défi : "le paquebot sera équipé des technologies les plus avancées, notamment en termes de sauvetage et de système de communication, affirme Ge Biao, le directeur de l’entreprise. Il est difficile de construire une réplique d’un paquebot de luxe, mais Jinking Shipyard a 60 années de savoir-faire."

Pourtant, les médias chinois sont conscients du scepticisme qu’un tel projet peut susciter. "Des scandales fréquents ont décrédibilisé le 'Made in China', devenu le synonyme de malfaçon et de qualité médiocre", reconnaît le Global Times dans un éditorial. Le quotidien chinois en langue anglaise veut croire que le pays tient une opportunité de prouver le contraire. "C’est un défi pour la Chine, d’autant que les yeux du monde entier sont rivés sur nous."

Le navire fera 270 mètres de long et 53 mètres de haut avec neuf ponts et 840 pièces. Il possèdera neuf étages pour 840 chambres, et sera équipé de plusieurs gymnases, piscines, bibliothèques, restaurants et cabines de luxe. Il pourra recevoir 2 400 passagers et 900 hommes d'équipage.

Première publication : 25/02/2013

  • INTERNET

    L’Unité 61398, nid de cyber-espions chinois ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)