Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Afrique

Dans une vidéo, Boko Haram revendique le rapt des Français au Cameroun

© capture d'écran YouTube

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2013

Dans une vidéo postée sur Internet, des hommes se réclamant du groupe radical Boko Haram revendiquent l'enlèvement des sept Français dans le nord du Cameroun. Des images que la diplomatie française a jugées "terriblement choquantes".

Paris dénonce des images "terriblement choquantes"

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a dénoncé lundi dans un communiqué des "images terriblement choquantes", qui "démontrent une cruauté sans limites".

"Nous procédons aux vérifications nécessaires dans ces circonstances. Tous les services de l'Etat sont mobilisés pour libérer nos compatriotes", a assuré le chef de la diplomatie française.

Auparavant, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait affirmé que le gouvernement avait "désormais l'information que le groupe Boko Haram revendique la détention" de la famille française, précisant que les otages étaient probablement détenus au Nigeria.

Dans une vidéo postée lundi 25 février sur Internet, des hommes se présentant comme des membres du groupe islamiste nigérian Boko Haram ont revendiqué la prise d'otages des sept Français, enlevés dans le nord du Cameroun la semaine dernière. Une information confirmée en début de soirée lundi par le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault.

"Nous sommes Boko Haram," déclare, dans la vidéo d'une durée de 3 minutes et 25 secondes, un homme en habit militaire, dont le visage est camouflé sous un foulard. Derrière lui, assis au sol, les otages enlevés le 19 février dans le nord du Cameroun : quatre enfants et trois adultes.

 "Nous avons été arrêtés par Boko Haram"

Tanguy Moulin-Fournier, le père de famille, délivre au début de l’enregistrement un message indiquant l’identité des ravisseurs. "Nous avons été arrêtés par Boko Haram", lit-il sur une feuille de papier, visiblement sous la contrainte, avant de préciser les revendications du groupe armé : la libération de leurs membres emprisonnés au Cameroun et au Nigeria.

À ses côtés, se trouvent sa femme, voilée, son frère, ainsi que ses quatre jeunes garçons âgés, selon les informations d'un diplomate occidental au moment de l'enlèvement, de 12 ans, 10 ans, 8 ans et 5 ans. Le président français, François Hollande, avait déclaré la semaine dernière que les otages étaient retenus "sans doute en deux groupes".

Les otages menacés d'exécution

Dans cette même vidéo, l'un des ravisseurs interpelle directement François Hollande. "Je m’adresse au président français, nous […] Boko Haram […] avons pris en otage ces sept personnes derrière moi : deux hommes, une femme et quatre enfants aux frontières entre le Nigeria et le Cameroun", expose-t-il, avant de détailler les raisons pour lesquelles ils ont procédé à ce rapt.

"Premièrement, le président français a choisi de faire la guerre à l’islam [en référence à l’intervention militaire française au Mali, NDLR] et nous allons lui faire la guerre. Deuxièmement, nous avons mobilisé nos troupes partout pour sauver les plus faibles de nos frères", poursuit-il, prenant à partie les présidents nigérien et camerounais. Et de conclure : "si vous n’exécutez pas toutes nos demandes, nous serons obligés d’exécuter les otages."

Ni la date, ni l’origine de cette vidéo n'ont pu être déterminées pour l’instant.

Le 19 février, les sept Français, dont un employé de l'entreprise française GDF-Suez, appartenant à la même famille, ont été enlevés dans le nord du Cameroun. Selon les autorités camerounaises, ils auraient été transportés dans le nord-est du Nigeria voisin. Les autorités françaises, camerounaises et nigérianes n'ont, depuis, pas retrouvé leur trace.

Reportage aux côtés du Bataillon d'intervention rapide dans le nord du Cameroun

Première publication : 25/02/2013

  • CAMEROUN

    La recherche des otages français se poursuit au Nigeria

    En savoir plus

  • CAMEROUN-FRANCE

    Famille enlevée au Cameroun : qui sont les Moulin-Fournier ?

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Boko Haram, la secte qui veut imposer la charia au Nigeria

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)