Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Afrique

Dans une vidéo, Boko Haram revendique le rapt des Français au Cameroun

© capture d'écran YouTube

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2013

Dans une vidéo postée sur Internet, des hommes se réclamant du groupe radical Boko Haram revendiquent l'enlèvement des sept Français dans le nord du Cameroun. Des images que la diplomatie française a jugées "terriblement choquantes".

Paris dénonce des images "terriblement choquantes"

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a dénoncé lundi dans un communiqué des "images terriblement choquantes", qui "démontrent une cruauté sans limites".

"Nous procédons aux vérifications nécessaires dans ces circonstances. Tous les services de l'Etat sont mobilisés pour libérer nos compatriotes", a assuré le chef de la diplomatie française.

Auparavant, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait affirmé que le gouvernement avait "désormais l'information que le groupe Boko Haram revendique la détention" de la famille française, précisant que les otages étaient probablement détenus au Nigeria.

Dans une vidéo postée lundi 25 février sur Internet, des hommes se présentant comme des membres du groupe islamiste nigérian Boko Haram ont revendiqué la prise d'otages des sept Français, enlevés dans le nord du Cameroun la semaine dernière. Une information confirmée en début de soirée lundi par le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault.

"Nous sommes Boko Haram," déclare, dans la vidéo d'une durée de 3 minutes et 25 secondes, un homme en habit militaire, dont le visage est camouflé sous un foulard. Derrière lui, assis au sol, les otages enlevés le 19 février dans le nord du Cameroun : quatre enfants et trois adultes.

 "Nous avons été arrêtés par Boko Haram"

Tanguy Moulin-Fournier, le père de famille, délivre au début de l’enregistrement un message indiquant l’identité des ravisseurs. "Nous avons été arrêtés par Boko Haram", lit-il sur une feuille de papier, visiblement sous la contrainte, avant de préciser les revendications du groupe armé : la libération de leurs membres emprisonnés au Cameroun et au Nigeria.

À ses côtés, se trouvent sa femme, voilée, son frère, ainsi que ses quatre jeunes garçons âgés, selon les informations d'un diplomate occidental au moment de l'enlèvement, de 12 ans, 10 ans, 8 ans et 5 ans. Le président français, François Hollande, avait déclaré la semaine dernière que les otages étaient retenus "sans doute en deux groupes".

Les otages menacés d'exécution

Dans cette même vidéo, l'un des ravisseurs interpelle directement François Hollande. "Je m’adresse au président français, nous […] Boko Haram […] avons pris en otage ces sept personnes derrière moi : deux hommes, une femme et quatre enfants aux frontières entre le Nigeria et le Cameroun", expose-t-il, avant de détailler les raisons pour lesquelles ils ont procédé à ce rapt.

"Premièrement, le président français a choisi de faire la guerre à l’islam [en référence à l’intervention militaire française au Mali, NDLR] et nous allons lui faire la guerre. Deuxièmement, nous avons mobilisé nos troupes partout pour sauver les plus faibles de nos frères", poursuit-il, prenant à partie les présidents nigérien et camerounais. Et de conclure : "si vous n’exécutez pas toutes nos demandes, nous serons obligés d’exécuter les otages."

Ni la date, ni l’origine de cette vidéo n'ont pu être déterminées pour l’instant.

Le 19 février, les sept Français, dont un employé de l'entreprise française GDF-Suez, appartenant à la même famille, ont été enlevés dans le nord du Cameroun. Selon les autorités camerounaises, ils auraient été transportés dans le nord-est du Nigeria voisin. Les autorités françaises, camerounaises et nigérianes n'ont, depuis, pas retrouvé leur trace.

Reportage aux côtés du Bataillon d'intervention rapide dans le nord du Cameroun

Première publication : 25/02/2013

  • CAMEROUN

    La recherche des otages français se poursuit au Nigeria

    En savoir plus

  • CAMEROUN-FRANCE

    Famille enlevée au Cameroun : qui sont les Moulin-Fournier ?

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Boko Haram, la secte qui veut imposer la charia au Nigeria

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)