Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

FRANCE

Le taux de chômage en France atteint son plus haut niveau depuis 1997

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/02/2013

Quelque 43 900 demandeurs d'emploi supplémentaires ont été enregistrés durant le mois de janvier en France, d'après les chiffres du ministère du Travail. Une partie de cette hausse est cependant due à un changement du système de radiation.

Le nombre de demandeurs d'emploi a bondi en janvier en France, selon une annonce, mardi 26 février, du ministre du Travail, Michel Sapin. Pôle Emploi a en effet recensé, à la fin de janvier, 43 900 demandeurs d'emploi supplémentaires.

Une progression dont la moitié est due à une modification du système de radiation des chômeurs : 21 100 demandeurs d’emploi en catégorie A (ceux qui n’ont pas travaillé) ont été enregistrés en raison d'un "effet statistique", portant leur nombre à 3 169 300 (+1,4 % sur un mois, +10,7 % sur un an), a détaillé le minsitre.

L’influence du nouveau mode de radiation des chômeurs

À la suite de la réforme entrée en vigueur au 1er janvier, un chômeur radié des listes de Pôle Emploi pour absence à convocation, non-recherche d'emploi active ou encore refus de plus de deux offres "raisonnables", est désormais suspendu à partir de la date de notification, et non plus à celle du "manquement".

Sans cette réforme, le nombre de demandeurs d'emploi n'aurait progressé que de 0,7 % en catégorie A.

Les travailleurs les plus âgés ont été les plus touchés, tandis que les jeunes ont été relativement épargnés. En incluant les personnes exerçant une activité réduite, la hausse mensuelle est de 60 800 chômeurs.

Le ministère a par ailleurs revu l'ensemble de ses statistiques mensuelles depuis 1996, réévaluant le record absolu à 3 195 500 demandeurs d'emploi sans activité, en janvier 1997 en métropole.
 

Avec dépêches

Première publication : 26/02/2013

  • FRANCE

    Un chômeur tente de s'immoler par le feu en banlieue parisienne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nantes : le chômeur immolé avait été sanctionné pour travail au noir

    En savoir plus

  • FRANCE

    Chômage : un répit en décembre qui n'annonce pas de jours meilleurs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)