Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Meurtre de Chokri Belaïd : la mouvance salafiste pointée du doigt par Tunis

© Mehdi Chebil

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

Le ministre tunisien de l'Intérieur, Ali Larayedh, a indiqué que les principaux suspects de l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd sont issus de la mouvance salafiste extrémiste. Le tireur présumé est toujours en cavale.

Le parti islamiste tunisien Ennahda va-t-il finalement sévir contre les violents débordements de la mouvance radicale salafiste ? C’est la question qui se pose après la conférence de presse du ministre de l’Intérieur, Ali Larayedh, durant laquelle a été annoncée l’arrestation de quatre suspects de nationalité tunisienne issus d’un "courant religieux radical" pour leur implication présumée dans l'assassinat de l’opposant Chokri Belaïd, le 6 février.

Le ministre, appelé à diriger le prochain gouvernement tunisien, a cependant démenti les informations de l’AFP faisant état de l’arrestation du tireur présumé. Ali Larayedh s’est ainsi contenté de déclarer que l’auteur présumé des quatre coups de feu tirés à bout portant contre l’opposant tunisien était désormais "identifié et pourchassé" par la police tunisienne.

L’assassinat qui a plongé la Tunisie dans sa plus grave crise politique depuis la révolution aurait été méticuleusement planifié, selon les autorités tunisiennes.

"Pendant les interrogatoires, un des suspects a avoué avoir surveillé Chokri Belaïd pendant une semaine avant le meurtre. Mais Ali Larayedh s’est refusé à donner plus de détails, notamment sur les noms ou l’appartenance politique de ces hommes", rapporte David Thomson, correspondant de FRANCE 24 à Tunis.

Le ministre de l’Intérieur n’a pas non plus évoqué d’éventuels liens entre les suspects interpellés et les Ligues de protection de la révolution (LPR), ces fameux groupes accusés par l’opposition de servir de milices au parti au pouvoir.

Contacté un peu plus tôt dans la journée par France24.com, le porte-parole de la LPR du Kram, dans la banlieue de Tunis, a démenti l’arrestation d’un de ses membres dans l’enquête sur l’assassinat de Chokri Belaïd.

"On nous décrit à tort comme une milice radicale et c’est pour ça que nous préférons ne plus parler à des médias étrangers. Mais je vous répète que nous ne sommes pas une organisation salafiste et qu’aucun membre de la LPR du Kram n’a été arrêté ces derniers jours", affirme Ihmed Deghij.

Si aucune information n’a filtré sur les commanditaires éventuels de cet assassinat, l’intervention d’Ali Larayedh montre que l’enquête policière s’oriente officiellement vers la mouvance salafiste djihadiste. Une information qui apportera sans doute du grain à moudre aux opposants d’Ennahda, qui accusent depuis plusieurs mois le parti au pouvoir de tolérer les violents coups d’éclat des extrémistes salafistes.
 

Première publication : 26/02/2013

  • TUNISIE

    Le meurtrier présumé de Chokri Belaïd identifié mais en fuite

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Des suspects arrêtés dans l'affaire de l'assassinat de Chokri Belaïd

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La Tunisie a rendu hommage à Chokri Belaïd

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)