Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

Culture

"La valise mexicaine" atterrit à Paris

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/02/2013

Quelque 70 tirages et autant de planches contact pris pendant la guerre civile espagnole par les photo-reporters Capa, Chim et Taro s'exposent à partir de mercredi à Paris. Perdue pendant près de 70 ans, la "valise mexicaine" a été retrouvée en 2007.

Après New York, Arles, Madrid, Barcelone et Bilbao, "La valise mexicaine" s’arrête à partir de mercredi au musée d'art et d'histoire du judaïsme de Paris, offrant le regard novateur de trois jeunes photo-reporters (Capa, Chim et Taro) sur la guerre civile qui ravagea l'Espagne de 1936 à 1939.

Egarée pendant la deuxième guerre mondiale, ce qu'on a appelé la "valise mexicaine" recelant 4.500 négatifs a été perdue pendant près de 70 ans, avant d’être officiellement remise en décembre 2007 à l'International centre of Photography (ICP) de New York après un parcours rocambolesque.

Jusqu'au 30 juin, environ 70 tirages et autant de planches contact sont présentés dans une scénographie différente de celle d'Arles en 2011 au sein du musée parisien, qui a pour l'occasion déplacé l'imposante statue de Dreyfus afin de permettre d'afficher au milieu de la cour trois grands portraits de Capa, Taro et Chim (David Seymour).

"C'est vraiment très important de montrer cette exposition à Paris, car c'est la ville qui a accepté ces trois immigrés qui avaient quitté l’Allemagne pour Gerda Taro, la Hongrie pour Robert Capa et la Pologne pour Chim", explique l'Américaine Cynthia Young, conservateur à l'ICP et commissaire de l'exposition.

"Cela fait aussi sens de la présenter au musée du judaïsme car les trois étaient juifs et avaient fui l'antisémitisme dans leur pays respectif. Ils avaient une grande conscience politique et voulaient stopper le fascisme en Espagne", ajoute-t-elle.

L'exposition s'ouvre avec une vitrine présentant le "trésor" : on découvre trois boîtes, plutôt petites, constituant ce qu'on a improprement appelé la "valise mexicaine". A l'intérieur de leur couvercle figuraient des cases où les trois jeunes journalistes, pionniers du photojournalisme, avaient minutieusement noté en français les sujets, les noms de lieux et des personnes correspondant à chaque pellicule.

Si certains clichés sont connus grâce à des tirages d'époque ou des reproductions, d'autres permettent d'affiner le regard sur le conflit qui opposa les républicains aux franquistes.

Ainsi une planche contact réalisée par Chim à Madrid en octobre 1936 montre des soldats républicains protégeant le patrimoine culturel d'un monastère.

Chim, qui s'intéressait aux individus loin du front, effectue aussi un saisissant reportage à Guernica avant sa destruction par la légion Condor en avril 1937.

Capa, lui, saisit le regard de républicains en 1939 exténués et hagards en Catalogne française, placés dans des camps d'internement par le gouvernement français.

AFP

Première publication : 26/02/2013

  • CULTURE

    Le célèbre tableau "La liberté guidant le peuple" vandalisé au Louvre-Lens

    En savoir plus

  • FRANCE

    Marseille-Provence 2013 : le coup de gueule des rappeurs marseillais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)