Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Amériques

Le républicain Chuck Hagel confirmé à la tête du Pentagone

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/02/2013

Après des semaines de bras de fer avec les républicains, le Sénat américain a confirmé mardi la nomination de Chuck Hagel au poste de nouveau secrétaire d'État à la Défense. Les élus se sont prononcés par 58 voix contre 41.

Après des semaines de débats empoisonnés, Chuck Hagel a été confirmé mardi par le Sénat américain comme le nouveau secrétaire à la Défense de Barack Obama, les républicains ayant mis fin à une obstruction historique.

Les sénateurs ont voté à 58 voix pour, et 41 contre, Chuck Hagel, 66 ans. Il pourrait prendre ses fonctions dès mercredi en remplacement de Leon Panetta, et devra gérer immédiatement les importantes coupes budgétaires que la défense doit subir à partir de vendredi.



De nombreux républicains qui étaient partis en guerre contre Chuck Hagel, dont John McCain, avaient voté plus tôt mardi en sa faveur lors d'un vote de procédure pour débloquer le processus de nomination, conscients qu'ils ne pouvaient plus continuer à empêcher Barack Obama de former son gouvernement.

Mais la bataille autour de Chuck Hagel contraste avec la nomination rapide au département d'Etat de John Kerry, confirmé fin janvier à la quasi-unanimité, par 94 voix contre 3.

Sénateur républicain de 1997 à 2009, Chuck Hagel a, avec les années, perdu l'amitié de ses anciens collègues en prenant des positions distinctes de l'orthodoxie républicaine sur des dossiers de politique étrangère. Sa sélection par le président a déclenché une tempête au Capitole.

M. Obama a salué cette confirmation, qu'il a qualifiée de "soutenue par les deux partis", et affirmé dans un communiqué qu'avec M. Hagel "nous aurons le secrétaire à la Défense dont notre pays a besoin et le chef que nos soldats méritent".

M. Hagel s'était vu reprocher des déclarations passées sur l'influence du "lobby juif" à Washington et sur l'opportunité de renforcer les sanctions contre l'Iran. Il s'était aussi opposé à George W. Bush et à son parti sur la guerre en Irak, ce qui lui a valu un échange acrimonieux avec John McCain lors de son audition parlementaire.

Chuck Hagel s'est excusé d'avoir parlé de "lobby juif" mais n'a pas réussi à convaincre certains de ses anciens collègues qu'il serait assez ferme pour empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire, malgré le soutien unanime des démocrates.

"Nous ne devrions pas confirmer un secrétaire à la Défense qui n'est de façon évidente pas qualifié pour le poste, et dont les opinions sont dangereusement erronées sur certains des dossiers de sécurité nationale les plus importants", déclarait mardi John Cornyn, un républicain.

Un gouvernement loin d'être complet

Après le vote, M. Hagel s'est dit honoré d'avoir été accepté par le Sénat et a affirmé vouloir à présent mettre derrière lui la bataille politique menée au Capitole pour sa confirmation.

"Je vais travailler étroitement avec le Congrès pour être sûr que nous conservons la plus puissante armée au monde et pour continuer à protéger cette grande nation", a indiqué Chuck Hagel dans un communiqué.

Seul un autre nouveau ministre du gouvernement "Obama II" a été confirmé par le Sénat à ce jour, John Kerry. Outre la Défense, cinq des 15 portefeuilles ministériels attendent encore leur nouveau patron, dont le Trésor, l'Intérieur et le Travail.

Jack Lew, choisi pour le Trésor, a reçu mardi l'aval de la commission des Finances du Sénat et sa confirmation en séance plénière devrait intervenir cette semaine.

Ancien bras droit de M. Obama et spécialiste du budget, M. Lew a activement participé en 2011 aux négociations budgétaires entre la Maison Blanche et le Congrès. Celles-ci ont abouti à la mise en place des coupes automatiques qui doivent entrer en vigueur à partir de vendredi faute d'accord.

Ces réductions forcées doivent affecter tous les ministères et des centaines de milliers de fonctionnaires, à moins d'un compromis de remplacement entre démocrates et républicains au Congrès.

Le président attend aussi l'arrivée d'un homme crucial de son dispositif, John Brennan, à la tête de la CIA. La centrale de renseignement n'a plus de directeur depuis la démission fracassante de David Petraeus, en novembre, après la révélation d'une liaison adultère. Un premier vote en commission devrait avoir lieu jeudi, selon Dianne Feinstein, la présidente de la commission du Renseignement.

AFP

Première publication : 27/02/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Les républicains s'opposent à la nomination de Chuck Hagel au Pentagone

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le républicain Chuck Hagel, choix audacieux d'Obama pour la Défense

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)