Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

Les États-Unis annoncent une aide de 60 millions de dollars à l'opposition syrienne

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2013

Une réunion des "Amis du peuple syrien" s'est tenue à Rome entre onze pays et l'opposition syrienne, en présence du secrétaire d'État américain John Kerry pour doper l'aide à la rébellion.

Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a annoncé, jeudi 28 février, des aides directes à l’opposition et aux rebelles syriens lors d'une réunion des "Amis du peuple syrien", à Rome, où il a rencontré pour la première fois le leader de l'opposition syrienne Ahmed Moaz al-Khatib. Il a déclaré lors d'une conférence de presse que Washington allait donner 60 millions de dollars à l'opposition syrienne en matériels "non létaux" et fournir une aide médicale et de la nourriture à l'Armée syrienne libre (ASL). "Cette aide directe", sera envoyée "dans les prochains mois", a précisé le

L'opposition syrienne reporte sine die sa réunion à Istanbul

La réunion de l'opposition syrienne, prévue samedi à Istanbul pour désigner un "Premier ministre" chargé du futur gouvernement en territoire rebelle, a été reportée sine die, a affirmé jeudi un membre de la Coalition nationale de l'opposition.

"La conférence a été reportée sans qu'aucune nouvelle date n'ait été fixée. Je ne peux donner immédiatement des raisons et je n'exclus pas son annulation", a affirmé Samir Nachar, membre de la Coalition. (AFP)

 

secrétaire d'Etat américain.

John Kerry s'est également s'entretenu avec des représentants de dix autres pays -Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Turquie, Egypte, Jordanie, Arabie saoudite, Qatar et Emirats arabes unis- qui soutiennent les opposants au président syrien Bachar al-Assad.

"Les ministres ont promis plus de soutien politique et matériel à la Coalition (nationale syrienne), représentant unique et légitime du peuple syrien et d'apporter plus d'aide concrète à l'intérieur de la Syrie", est-il précisé dans le communiqué qui a été rendu public après la réunion.

Les ministres "ont souligné la nécessité de changer l'équilibre du pouvoir sur le terrain" et ont "déploré les livraisons continues d'armes au régime (du président Bachar al-Assad) par des pays tiers. Une critique implicite adressée à la Russie qui continue de livrer armes et munitions à Damas.

Depuis quelques jours, l'activité diplomatique sur la Syrie s’intensifie. La communauté internationale met désormais Damas et l'opposition sous pression pour que des négociations permettent de trouver une issue à la guerre.

Lors de l’étape parisienne du premier voyage du chef de la diplomatie américaine, mercredi, John Kerry a déclaré aux côtés de son homologue Laurent Fabius "étudier les moyens d'accélérer la transition politique" en Syrie tout en précisant vouloir le départ du président Bachar al-Assad. Par ailleurs, sur le terrain, "l'opposition a besoin de davantage d'aide (...) dans les zones libérées", a martelé le secrétaire d'État américain, sans dire quelle assistance serait apportée.

Un premier succès diplomatique pour John Kerry

Les fonds américains fourniront aide médicale et nourriture aux syriens

Alors que l'issue de ces pourparlers reste pour l'instant inconnue, cette rencontre est d’ores et déjà un premier succès pour John Kerry. Le secrétaire d’Etat américain a convaincu Ahmed Moaz al-Khatib de renoncer à boycotter ce rendez-vous des "Amis du peuple syrien". Jugeant "honteux"  "le silence international sur les crimes commis quotidiennement" en Syrie, le chef de l'opposition avait décidé, le 23 février, de ne plus participer à plusieurs rendez-vous à l'étranger. La promesse "d’aides spécifiques pour soulager la souffrance de (son) peuple" avancées par les États-Unis et le Royaume-Uni, ont finalement changer la donne.

Pour l'ambassadeur de la Coalition nationale syrienne, il est temps d'armer les rebelles. "Il faut qu'on puisse au moins pouvoir acheter des armes pour neutraliser l'aviation syrienne. Elle bombarde la population qui a des moyens modestes", avance Monzer Makhous, interviewé par FRANCE 24.

Vers une aide non létale des États-Unis

Divisé à l'été 2012 sur l'opportunité ou non d'armer la rébellion, le gouvernement de Barack Obama semble avoir changer de stratégie. Refusant toute assistance militaire depuis des mois, les Américains pourraient désormais fournir une aide "non létale" à la rébellion.

Le Washington Post et la chaîne CNN ont ainsi affirmé mercredi que l’administration américaine avait décidé de fournir de l’équipement "non létal" aux combattants de l'opposition syrienne, à savoir des gilets pare-balles, des véhicules blindés et du matériel de vision nocturne et de transmission. Un entraînement militaire de combattants triés sur le volet serait également envisagé, ainsi que la livraison de colis d’aide humanitaire, selon les sources officielles citées par ces médias.

La Russie, grand allié du régime de Bachar al-Assad jusqu'à présent, a également pressé cette semaine l'opposition et le régime syrien d'entamer un dialogue. Damas s'est dit prêt à discuter, même avec des groupes armés, une offre rejetée par la rébellion tant que Bachar al-Assad ne sera pas parti.

Avec dépêches

Première publication : 28/02/2013

  • DIPLOMATIE

    Syrie : vers une aide militaire directe de Washington aux rebelles syriens

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas prêt au dialogue avec l'opposition armée, selon la diplomatie syrienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)