Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Impasse budgétaire au Congrès américain, l'heure des coupes a sonné

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/03/2013

Les républicains et démocrates du Congrès américain n'ont pas réussi à s'entendre sur un plan de réduction des dépenses publiques. Conséquence : des coupes budgétaires vont amputer le budget fédérale de 85 milliards de dollars en 2013.

Il n'y a pas eu d'accord et les coupes automatiques dans le budget américain vont démarrer à partir de vendredi 1er mars. La Maison Blanche et les républicains du Congrès n'ont pas trouvé de terrain d'entente dans la nuit de jeudi à vendredi pour réduire les dépenses de l’État afin de faire baisser le déficit. Le président Barack Obama a blâmé, vendredi, l'intransigeance de l'opposition républicaine et appelé à ce que les négociations reprennent et aboutissent au plus vite à un accord. 

C’est le nouvel épisode de la saga du fiscal cliff, ou falaise fiscale, qui dure depuis plusieurs mois à Washington. Le 31 décembre 2012, l’administration Obama et les républicains avaient signé un accord a minima qui permettait de négocier jusqu’au 1er mars pour obtenir un plan global de réduction du déficit américain.

Le constat d'échec signifie que des coupes automatiques vont amputer 85 milliards de dollars aux dépenses publiques en 2012 et 1 200 milliards de dollars sur dix ans. Le président américain Barack Obama a prévenu que ce sont les dépenses militaires et de sécurité qui seraient les plus affectées, mais une grande partie des programmes sociaux américains connaîtraient un sérieux coup de rabot. Tour d’horizon des principales conséquences pour l'économie américaine.

Santé : Kathleen Sebelius, secrétaire à la Santé et aux Services sociaux de l’administration Obama a souligné que les coupes budgétaires automatiques conduiraient, notamment, à priver 30 000 enfants de services de soins publics. Les maisons de retraite aux États-Unis se verraient privées, en 2012, de quatre millions de repas subventionnés par l’État. Elle insiste également sur le danger pour 373 000 personnes atteintes de “désordres graves” qui n’auraient plus accès à des centres de traitements adaptés, faute de fonds.

Éducation : Le budget du programme Head Start qui fournit une éducation et un encadrement social aux enfants les plus démunis perdrait 406 millions de dollars. Selon les calculs de l’administration américaine, environ 70 000 enfants ne pourraient alors plus en bénéficier.

Transport aérien : La Federal Aviation Administration (FAA) qui gère les contrôles du trafic aérien perdrait près de 620 millions de dollars, ce qui entraînerait des périodes de chômage technique pour les employés de cette administration.
Une baisse qui, d’après un rapport d’un comité parlementaire américain, devrait entraîner davantage de retards dans les vols - pour cause de contrôles aériens plus sporadiques - et donc avoir impact négatif sur le tourisme.

Aide humanitaire : Ce ne sont pas seulement les États-Unis qui seraient affectés si le Congrès n’arrive pas à trouver un accord. John Kerry, le nouveau secretaire d’État américain, a évoqué une baisse probable de 200 millions de dollars de l'aide humanitaire à certaines régions comme la Corne africaine ou le Sahel. Les programmes américains d’aide à la lutte contre le sida et la malnutrition dans le monde perdraient également environ 400 millions de dollars.

Système judiciaire : Le budget du département américain de la Justice devrait être allégé de quelque 1,6 milliard de dollars. Une baisse qui devrait se traduire, d’après l’administration américaine, par la suspension “de toute activité” dans deux prisons fédérales. Le budget des programmes de traitement médicaux et psychiatriques de certains criminels serait abaissé d’environ 20%.

La Défense américaine : L’armée américaine perdrait 17 milliards de dollars ce qui, d’après le Pentagone, empêcherait de fournir un entraînement à 80% des militaires au sol et oligerait à mettre un terme au contrat de 3 100 intérimaires. La marine américaine attend de connaître l’issue des négociations pour décider si elle peut se permettre ou non d’envoyer un deuxième porte-avion dans le golfe Persique. Enfin, 100 000 militaires en moins serviraient l’armée américaine et la Garde fédérale l’année prochaine.

Première publication : 28/02/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Une simple pièce de platine peut-elle sauver l’économie américaine ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les États-Unis évitent le "mur budgétaire" in extremis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Aux États-Unis, l’urgence s'appelle "falaise fiscale"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)