Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Afrique

Meurtre de Chokri Belaïd : le président Marzouki entendu comme témoin

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2013

Le président tunisien Moncef Marzouki a été entendu jeudi comme témoin par le juge d'instruction enquêtant sur l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd. Les proches du défunt sont persuadés que le chef de l'État connaît l'identité des meurtriers.

Et si Moncef Marzouki, le président tunisien, connaissait les assassins de Chokri Belaïd ? C’est en tout cas ce que cherche à savoir la justice tunisienne qui a entendu, jeudi 28 février, le chef de l'État comme témoin dans l’affaire du meurtre de l’opposant, abattu par balles, le 6 février.

"Le président de la République Moncef Marzouki a reçu ce matin le juge d’instruction du tribunal de première instance de Tunis qui l’a entendu en tant que témoin dans l’affaire de l’assassinat de Chokri Belaïd", a indiqué la présidence dans un court communiqué qui ne donne aucune précision supplémentaire.

Selon les proches de Belaïd, le président Marzouki en sait bien plus que ce qu’il voudrait faire croire. Abdelmajid Belaïd, l'un des frères du défunt, est même persuadé que le chef de l’État connaît l’identité des assassins.

"Marzouki connaît les commanditaires du meurtre"

"Mon frère m’avait dit texto : ‘la présidence m’a contacté pour me dire que je suis menacé de mort. Et le président m’a proposé une protection mais j’ai refusé parce que cela équivaudrait à (...) contrôler mes activités'", a-t-il indiqué jeudi à l’AFP. "Pour moi, le président connaît les commanditaires, ceux qui ont décidé de tuer Chokri", a-t-il ajouté.

Les frères du défunt ont d’ailleurs remis en cause la thèse officielle selon laquelle un groupe de salafistes a tué l’opposant. Mardi 26 février, le jour de l’annonce de l’arrestation de quatre militants islamistes radicaux, soupçonnés du meurtre, Abdelmajid Belaïd avait même déclaré à l’AFP que "c’est [le parti islamiste au pouvoir] Ennahda qui a donné le feu vert pour tuer [son] frère".

Selon le ministère de l’Intérieur, le tireur présumé a été identifié mais est toujours en fuite. Il n’a donné aucune indication concernant le commanditaire.

L’assassinat de Chokri Belaïd a plongé la Tunisie dans sa pire crise politique depuis la révolution de janvier 2011 qui a fait tomber le régime de Zine El Abidine Ben Ali.

Avec dépêches

Première publication : 28/02/2013

  • TUNISIE

    La veuve de Belaïd annonce la création d'une fondation contre la violence

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : la mouvance salafiste pointée du doigt par Tunis

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le meurtrier présumé de Chokri Belaïd identifié mais en fuite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)