Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

Première comparution de l'ex-dictateur "Baby Doc" Duvalier devant la justice

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2013

Après avoir boudé par trois fois les convocations de la justice haïtienne, l'ex-dictateur a enfin comparu devant le tribunal de Port-au-Prince, ce jeudi. "Baby Doc" est accusé de vol, de corruption et de détournement de fonds.

Visé par plusieurs plaintes d'anciens opposants, l'ancien dictateur d'Haïti Jean-Claude Duvalier a comparu, ce jeudi, devant la justice, à Port-au-Prince. Jusqu'à présent, Baby Doc avait toujours refusé de se présenter devant la justice.

Costume sombre, chemise blanche, Jean-Claude Duvalier s'est assis dans la salle du tribunal, sa compagne Véronique Roy à ses côtés. À l'extérieur, plusieurs dizaines de personnes qui portaient des vêtements aux couleurs noir et rouge de l'ancien régime manifestaient leur soutien à l'ancien dictateur.

Mandat d'amener

Le 21 février dernier, à la suite de sa troisième convocation par la justice, le juge Jean-Joseph Lebrun avait délivré un mandat d'amener à l'encontre de "Baby Doc" Duvalier.

Me Frizto Canton, l'un de ses avocats, avait alors assuré à l'AFP que l'ex-dictateur serait présent. "Ce serait trop risqué pour lui de ne pas comparaître. S'il ne le fait pas, le mandat d'amener va se transformer en mandat d'arrêt", avait pour sa part estimé Me Jean-Joseph Exumé, qui défend un groupe d'anciennes victimes prêtes à témoigner.

En janvier 2012, un an après son retour en Haïti après 25 années d'exil en France, un juge d'instruction avait ordonné le renvoi de Jean-Claude Duvalier devant un tribunal correctionnel pour détournements de fonds. Il n'avait, en revanche, pas retenu contre lui le chef d'inculpation de crimes contre l'humanité, estimant que les faits étaient prescrits.

Composé d'anciennes victimes de la dictature des Duvalier père et fils (1957-1986), le Collectif contre l'impunité a rappelé, dans un communiqué, qu'il avait demandé la réouverture d'"une instruction digne de ce nom". "Sans cela, il n'y aura plus de cas Duvalier, vu que l'État pourrait agréer à l'abandon des poursuites pour délits financiers. Duvalier pourrait alors accéder aux fonds bloqués en Suisse", a-t-il prévenu.

Avec dépêches

Première publication : 28/02/2013

  • HAÏTI

    Deux ans après son retour en Haïti, "Baby Doc" confronté à ses juges

    En savoir plus

  • HAÏTI

    Un juge demande le renvoi de "Bébé Doc" en correctionnelle pour corruption

    En savoir plus

  • HAÏTI

    "Bébé Doc" visé par quatre plaintes pour crimes contre l’humanité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)