Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Economie

Barack Obama : "Je ne suis pas un dictateur, je suis un président"

© AFP

Vidéo par Emmanuel SAINT-MARTIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2013

Faute d'accord entre républicains et démocrates, les États-Unis vont être soumis à d'importantes coupes budgétaires. Un blocage dénoncé par le président américain, qui regrette de ne pas pouvoir passer outre les décisions du Congrès.

Barack Obama voit rouge. S’adressant aux médias depuis la Maison Blanche, ce vendredi, le président américain a fustigé les coupes budgétaires qui risquent d’entrer en vigueur à partir de ce 1er mars, faute d’accord au Congrès. Il a accusé ses adversaires républicains d’être responsables de ces coupes "stupides" qui, selon lui, vont coûter des emplois aux États-Unis et avoir un impact sur l'économie.

"Je ne suis pas un dictateur, je suis un président", a lancé le président américain à l’issue d’une rencontre avec les chefs de file du Congrès. "Ce que je ne peux pas faire, c'est forcer le Congrès à prendre les bonnes décisions", s’est-il justifié.

Apocalypse

"En l'absence de décision de la part du président (républicain) de la Chambre des représentants, John Boehner, et des autres pour placer les intérêts des familles de la classe moyenne devant les impératifs politiques, ces coupes vont entrer en vigueur", a-t-il menacé, mettant directement en cause le camp adverse.

Ce n’est pas la première fois que le président américain aborde la question. Il a, ces derniers jours, averti à plusieurs reprises des conséquences d'une amputation automatique, à compter du 1er mars, de 85 milliards de dollars sur les sept derniers mois de l'année budgétaire.

"Ce ne sera pas l'apocalypse comme certains l'ont dit, (...) mais cela aura un impact sur les gens", a-t-il encore rappelé.

De son côté, John Boehner a opposé une fin de non-recevoir à la demande démocrate d’augmenter les impôts sur les plus hauts revenus.

Depuis 2011 et la prise de contrôle par les républicains de la Chambre des représentants, Obama et ses adversaires se sont affrontés à plusieurs reprises sur la façon de rééquilibrer les comptes publics et d’endiguer la vertigineuse dette américaine. Faute d'avoir jamais trouvé un accord pérenne, les deux parties n’ont eu de cesse de trouver des solutions temporaires.

Avec dépêches

Première publication : 01/03/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Une simple pièce de platine peut-elle sauver l’économie américaine ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les États-Unis évitent le "mur budgétaire" in extremis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Aux États-Unis, l’urgence s'appelle "falaise fiscale"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)