Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Afrique

La danse du Harlem Shake secoue le monde arabe

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2013

Le Harlem Shake gagne le monde arabe. Arme de protestation contre l'extrémisme religieux en Égypte ou en Tunisie, la fameuse danse a gagné d'autres pays de la région sans créer de remous.

Après avoir submergé le Web australien, américain ou britannique, la vague du Harlem Shake déferle sur les capitales arabes. À Tunis, Beyrouth ou au Caire, des jeunes postent sur YouTube des vidéos sur lesquelles on peut les voir, déguisés ou dénudés, danser de façon frénétique sur le tube électro-dance "Harlem Shake" du DJ américain Baauer.

Simple façon de s’amuser pour certains, le buzz, né début février en Australie, est devenu, dans certains pays arabes, une façon de se rebeller contre un mode de pensée.

Ainsi, en Tunisie, des heurts ont opposé plusieurs jours durant des jeunes qui dansaient sur les rythmes du Harlem Shake et des salafistes qui jugent ces danses indécentes. En Égypte, un rassemblement a eu lieu le 28 février pour un Harlem Shake devant le quartier général des Frères musulmans afin de protester contre l’arrestation de quatre jeunes qui avaient dansé, quelques jours plus tôt, en public et en sous-vêtements. La danse est ainsi devenue un sujet de querelle entre tenants de la morale islamique et jeunes laïcs, ces derniers l’utilisant comme un moyen de protestation.

Dans d’autres pays arabes, le Harlem Shake crée moins de remous ou d’indignation chez les plus religieux, mais tout autant d’engouement. Sur YouTube, on peut visionner des Harlem Shake organisés au Maroc, au Liban, en Jordanie et même dans des pays plus religieux comme l’Arabie saoudite. La plupart du temps, ces petites manifestations se déroulent dans des bureaux, des écoles ou dans la rue.

En Syrie, un groupe de jeunes est allé jusqu'à caricaturer la guerre et propose de "cesse[r] la violence et [de] danse[r] le Harlem Shake".

Harlem Shake en Syrie : "Cessez les violences, dansez le Harlem Shake"

En Jordanie, un Harlem Shake improvisé dans les bureaux de Yahoo.

En Arabie saoudite, dans les locaux de la télévision Telfaz 11.

Au Maroc, des jeunes s'y mettent dans un jardin public de Rabat.

 Au Liban, dans l'internat de l'Université américaine de Beyrouth.

 

 

Première publication : 01/03/2013

  • ÉGYPTE

    Des étudiants égyptiens arrêtés pour avoir dansé le "Harlem Shake"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)