Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Qui en voulait au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • En images : près de 280 disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

Afrique

Incertitude sur la mort du chef d'Aqmi Abou Zeid dans le Nord-Mali

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2013

Le chef de file d'Aqmi, Abou Zeid, aurait été tué lors d’un raid aérien mené par l’armée française au Nord-Mali, selon plusieurs médias. Alger et Paris n’ont toujours pas confirmé. Des tests ADN sont en cours.

Il était l’un des chefs les plus influents et les plus cruels d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. L’émir Abdelhamid Abou Zeid aurait été tué le 23 février 2013 lors d’un raid aérien de l’armée française dans la région d’In Sensa, dans le massif montagneux de Tigharghar, au Nord du Mali, a annoncé jeudi la télévision privée algérienne Ennahar TV.  L'information a été confirmée au journal Le Monde par "une bonne source proche des opérations militaires en cours dans le nord du Mali".

Titrant "Mort de l'émir d'Aqmi Abou Zeid", le site en ligne d'Ennahar écrit que "les troupes françaises ont arrêté trois terroristes près de Tigharghar" au Nord-Mali et "selon des sources sécuritaires elles ont découvert (les corps) de 40 terroristes dont celui d'Abou Zeid" dans une fosse commune après le raid aérien.

Pour l’heure, les autorités françaises et algériennes n’ont pas confirmé l’information. Interrogée sur France 2, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a déclaré que cette information était "à prendre au conditionnel, nous n'avons pas de confirmation officielle".

"Nos force sont engagées dans des opérations qui sont extrêmement dures sur le terrain, qui sont des combats sans merci. Tout compte, y compris l'information, je crois qu'il faut être extrêmement prudent avec celles que l'on a, celles que l'on répercute. Pour l'instant ce n'est pas confirmé", a-t-elle poursuivi.

Selon les informations de la radio RFI, des prélèvements ADN seraient en cours d'analyse à Alger. La procédure, menée dans le plus grand secret, reposerait sur des recoupements avec l'ADN de plusieurs membres de la famille d'Abou Zeid, originaire de la province d'Illizi, près de la frontière libyenne.
 

Pour le MNLA , il s'agit d'une "certitude"

Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) dont les combattants épaulent les Forces spéciales françaises dans le désert dans le cadre de l’opération Serval, a quant à lui confirmé la mort d’Abou Zeid. "C’est une certitude, il est mort et enterré", ont ainsi affirmé à l’AFP des notables de la ville de Kidal. Selon leur témoignage, environ 45 combattants d’Aqmi et du groupe islamiste Ansar Dine auraient également été tués lors de ce raid. Le MNLA a ajouté que sept personnes auraient été faits prisonniers parmi les survivants du raid. Il s’agirait de quatre Maliens, un Algérien, un Mauritanien et un homme du Front Polisario.

Abdelhamid Abou Zeid, de son vrai nom Mohamed Ghdiri, est un Algérien d'une quarantaine d'années. Né en 1965 dans la région de Debdab dans la province algérienne d'Illizi proche de la frontière libyenne, Abou Zeïd avait rejoint le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) durant la guerre civile algérienne dans les années 1990.

Sa première apparition au sein d’Aqmi (ex-GSPC) remonte à 2003. Il était alors l’adjoint d'Abderazak El-Para, principal instigateur de l'enlèvement de trente-deux touristes européens dans le grand Sud algérien au cours de cette même année.

Instigateur de l'otage business

Plus sanguinaire que son compatriote Mokhtar Belmokhtar, cerveau de la prise d'otages en janvier dernier sur le site gazier d'In Amenas dans le Sahara algérien, il avait fait des otages son fond de commerce. C’est à lui que l’on attribue l'assassinat en 2009 de l'otage britannique Edwin Dyer et de la mort en juillet 2010 de l'otage français Michel Germaneau. Âgé de 78 ans, le retraité avait été enlevé le 19 avril 2010 au Niger, puis détenu au Mali.

Selon le Figaro, Abdelhamid Abou Zeid a encaissé "des dizaines de millions d'euros grâce aux rançons versées par les États occidentaux pour l'élargissement de leurs compatriotes". Grâce à cette manne financière, l’émir a pu s'équiper en armes et en munitions mais aussi recruter des volontaires et corrompre des notables locaux pour acheter leur complicité.

Des Français aux mains d'Abou Zeid

Après la prise de contrôle du Nord-Mali par des groupes d'islamistes en avril 2012, Abou Zeïd régnait sur Tombouctou, selon des habitants de la ville sainte. Il avait alors mis en place la charia avec la pratique de cruels sévices corporels comme les amputations mais aussi la destruction de nombreux mausolées. Lorsqu'il a fui Tombouctou, quelques jours avant la prise de la ville par les troupes françaises et maliennes le 12 février, Abou Zeid aurait emmené plusieurs otages occidentaux les yeux bandés, ont raconté des habitants.

Il s'agirait de Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, tous employés d'Areva ou de la Satom enlevés en septembre 2010 à Arlit au Niger sur un site d'exploitation d'uraniun, précise le Figaro.

En décembre dernier, dans une très rare apparition vidéo, Abdelhamid Abou Zeid avait déclaré que la France était seule responsable de l’arrêt des négociations pour libérer les six otages français actuellement entre ses mains au Sahel. Dans cet enregistrement, l’émir avait précisé que malgré des appels du pied aux autorités françaises pour dialoguer, Paris restait silencieux depuis un an.

Première publication : 01/03/2013

Comments

COMMENTAIRE(S)