Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Amériques

L'administration Obama monte au créneau pour soutenir le mariage gay

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2013

Le président Obama a officiellement demandé à la Cour suprême américaine d'abroger la loi fédérale Doma qui n'autorise l'union qu'entre un homme et une femme. Des républicains et des grandes entreprises soutiennent aussi cette initiative.

Les neuf "sages" américains qui font la pluie et le beau temps sur les grands sujets de société siègeront les 26 et 27 mars pour statuer sur une question cruciale concernant le mariage gay : faut-il déclarer la loi Doma (dite de "défense du mariage" qui définit le mariage comme l’union "d’un homme et d’une femme") anticonstitutionnelle ?

C’est en tout cas en ce sens que l’administration Obama tente d’œuvrer à quelques jours de la date fatidique. Cette loi, instaurée en 1996 sous le mandat de Bill Clinton, "viole l’égalité des droits" prévue par le 14e amendement de la constitution américaine, souligne l'actuel président américain. "Elle est anticonstitutionnelle car elle empêche des dizaines de milliers de couples homosexuels (…) de jouir des mêmes avantages fédéraux que les couples hétérosexuels." En clair, la Cour suprême doit juger si la loi Doma est discriminatoire et si elle doit être abrogée.

Le cas californien

La décision qui sera rendue en mars prochain pourrait ouvrir la voie à la légalisation du mariage gay sur tout le territoire américain. Pour l’heure, seuls neuf États sur cinquante ont légalisé une "union" entre deux personnes du même sexe, mais ces derniers ne peuvent bénéficier des mêmes avantages que les couples hétérosexuels (pensions, assurances-santé, allègement fiscaux... ) 

Le chef de l’État américain est aussi monté au créneau sur la question du mariage homosexuel en Californie – dont la légalisation sera également débattue au sein de la Cour suprême le 26 mars. Dans cet État, comme dans sept autres États américains, les couples homosexuels peuvent eux prétendre à des droits semblables à ceux des couples mariés hétérosexuels sans pour autant avoir le droit de se marier.

Pour Human Rights Campaign, la plus importante organisation d’homosexuels, la prise de position officielle et publique de Barack Obama est "historique", même si elle n’est pas une surprise, le président ayant multiplié depuis des mois les signaux en direction de la communauté homosexuelle.

Les républicains en faveur de l’abrogation de la loi Doma

Obama n’est pas le seul à se battre pour cette cause. Étonnamment, 131 républicains, traditionnellement opposés au mariage entre deux personnes du même sexe, ont signé un document en faveur de l’abrogation de la loi Doma. Parmi les signataires, on trouve un ancien conseiller de John McCain, l’adversaire républicain d’Obama en 2008, la directrice de campagne de Mitt Romney, le rival républicain du président en 2012, le célèbre producteur-acteur Clint Eastwood qui s’était distingué pendant la campagne électorale dans une tribune contre Barack Obama.

"Le mariage favorise les valeurs conservatrices de stabilité, de soutien et de devoirs mutuels", proclame le document des républicains, il "bénéficie aussi aux enfants" et cela "ne dépend pas du sexe des individus qui forment un couple marié". Et d’appeler "cette Cour à protéger le droit fondemental au mariage civil, en s’assurant qu’il soit disponible aux couples de même sexe".

D’importantes entreprises, comme Apple, Nike, Facebook ou Morgan Stanley, ont également apporté leur soutien à la cause homosexuelle, estimant que l’interdiction du mariage gay peut gêner le recrutement de la main d’oeuvre la plus qualifiée.

Avec dépêches

Première publication : 01/03/2013

  • ÉTATS-UNIS

    La Cour suprême américaine se penche sur la question du mariage gay

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Obama et son mariage pour tous plebiscités par la communauté homosexuelle

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Premier mariage homosexuel d'un membre du Congrès américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)