Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Economie

Des rats communiquent par la seule force du cerveau

© Duke university

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/03/2013

Des scientifiques ont réussi à faire communiquer entre eux deux rats par des signaux que ceux-ci s'envoient de cerveau à cerveau. Ça ressemble à de la télépathie, ça a le goût de la télépathie, mais ça n’en est pas... Explications.

Le cerveau et rien d'autre. Deux rats ont réussi à communiquer entre eux sans se voir, sans se toucher et sans émettre le moindre son. Une équipe de scientifiques emmenée par le neurobiologiste brésilien Miguel Nicolelis a révélé cette première mondiale dans un article paru le 28 février dans la revue britannique Nature Scientific Reports.

À l’issue d’une série de tests, ils ont établi que l’un des rats aidait son congénère à réaliser une tâche par ce qui ressemble à de la télépathie. L’expérience consiste à placer les deux animaux dans deux pièces distinctes en les reliant par un fil électrique et des électrodes connectées à leur cerveau. Le premier rat - l’émetteur - doit appuyer sur un des deux leviers devant lui en fonction d'une petite lumière qui s’allume afin de recevoir en récompense un peu d’eau. Le deuxième - le décodeur - est moins aidé : aucune lumière pour le guider. Pourtant, sept fois sur dix, selon l’étude, il appuie sur le bon levier. L’expérience a même été menée avec succès en plaçant les deux rats dans des pays différents - l’un au États-Unis, l’autre au Brésil - et en reliant leurs cerveaux par l’Internet.

“Le deuxième rat reçoit par impulsion électrique l’information issue du cerveau de l’émetteur, comme un schéma qu’il décode et lui permet de réaliser correctement la tâche demandée”, explique à FRANCE 24 Chloé Bétis, une neuroscientifique française basée à Berlin, en Allemagne. Celle-ci réfute l’idée qu’il puisse s’agir de transmission de pensée. “Au mieux, on peut considérer que c’est de la télépathie low-cost, car ce n’est qu’une partie très précise du cortex qui est concernée et la tâche à réaliser est, en outre, très simple”, décrypte cette scientifique.

“Ordinateur organique”

Miguel Nicolelis, un pionnier de la recherche sur la communication entre homme et machine, ne fait d’ailleurs pas référence à de la télépathie dans son étude. “Ce ne sont pas des pensées ou des images que reçoit le rat, mais des signaux”, souligne-t-il. Il préfère voir dans son expérience les prémices d’un futur “ordinateur organique”. Car ses tests prouvent que la communication va dans les deux sens. Lorsque le rat récepteur échouait, il le faisait savoir par un signal envoyé à l’autre rongeur qui adaptait son comportement pour rendre le code plus “lisible”.

Des résultats encourageants qui incitent ces scientifiques à étendre le champ de leurs recherches. Ainsi, ils comptent mettre en place un vrai réseau de rats interconnectés - comme un ordinateur - afin de “résoudre des problèmes plus complexes”, explique au quotidien britannique The Guardian Miguel Pais-Vieira, l’un des auteurs de l’étude.

Une étude qui, pour certains, laisserait entrevoir des nouvelles possibilités de communication pour les personnes paraplégiques, comme le souligne le site de la chaîne britannique BBC.

“C’est de la pure science-fiction”, rétorque Chloé Bétis. Pour cette scientifique, il n’y a pas de raison de croire que ce qui marche chez les rats fonctionnerait aussi chez l’homme. “Il faudrait d'abord refaire cette expérience avec des singes”, indique-t-elle. En outre, afin de savoir ce qu’il est réellement possible de transmettre comme information de cerveau à cerveau, il faut “affiner l’expérience et ne pas se contenter des tâches simples comme dans celles de l'étude menée par l'équipe de Miguel Nicolelis”, explique-t-elle.

Enfin, et surtout, placer des électrodes reliées au cerveau humain “n’est pas envisageable du point de vue éthique”, assure-t-elle. “Si vous voulez mettre des informations dans le cerveau de quelqu’un, il faut clairement utiliser un scalpel et relier des électrodes à l’intérieur du crâne de la personne”, ajoute Christopher Warwick, un neuroscientifique britannique joint par la BBC. C’est pourquoi, pour Chloé Bétis, cette liaison electro-télépathique entre deux rats est “une belle avancée pour la recherche fondamentale”, mais sans réelle application pratique pour l’instant.

Première publication : 01/03/2013

  • SANTÉ

    Les vertus antidouleur inattendues du redoutable venin du mamba noir

    En savoir plus

  • INFORMATIQUE

    Alan Turing, hommage à un génie persécuté

    En savoir plus

  • PHYSIQUE

    "Nous sommes comme Pierre et Marie Curie lorsqu'ils ont découvert la radioactivité"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)