Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Amériques

Barack Obama à l'heure des coupes budgétaires

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 02/03/2013

Le président américain a signé vendredi soir le gel de 85 milliards de dollars de fonds publics, faute d'accord sur la réduction du déficit budgétaire. Prochaine échéance le 27 mars, date à laquelle le gouvernement ne sera plus financé.

À peine les mesures d'austérité automatiques frappant les États-Unis ont-elles pris effet que Washington dirigeait son attention vers la prochaine échéance de l'affrontement budgétaire opposant républicains et démocrates, le financement du gouvernement au-delà du 27 mars.

Démocrates et républicains sont sortis, vendredi 1er mars, d'une réunion à la Maison Blanche en constatant l'étendue de leurs divergences : refus de davantage d'impôts pour les conservateurs, exigence de plus de rentrées fiscales pour le président Barack Obama, chaque camp imputant à l'autre la responsabilité du blocage.

Résultat concret, des coupes automatiques dans les dépenses de l'État fédéral, 85 milliards de dollars sur les sept prochains mois, sont entrées en vigueur, de quoi menacer à terme l'emploi et la croissance de la première économie mondiale, selon Barack Obama.

Les fonctionnaires paieront le plus lourd tribut

Comparée au budget total des États-Unis, qui atteint 3 700 milliards de dollars, les coupes prévues dans le cadre de cette mesure appelé "séquestre" représentent peu. Puisque les dispositifs essentiels tels que l'assurance maladie sont à l'abri, ce sont les fonctionnaires qui paieront le plus lourd tribut.

Avec 2,7 millions de salariés, la fonction publique est le premier employeur des États-Unis. Si les coupes s'appliquent pleinement, 800 000 d'entre eux verront leur heures de travail et leurs salaires diminuer entre mars et septembre.

La moitié de ces coupes, qui s'appliqueront entre samedi et le 1er octobre, concerne le budget de la Défense et Chuck Hagel, nouveau numéro un du Pentagone, a estimé qu'elles allaient mettre en péril toutes les missions de l'armée américaine.

Le financement du gouvernement fédéral, prochain sur la liste

Alors que l'État va devoir composer avec ces coupes dans un effet "boule de neige" qui accroîtra peu à peu la pression sur les élus, une autre échéance émerge déjà, augurant d'un mois de mars particulièrement agité à Washington.

Après le 27 mars en effet, le gouvernement fédéral cessera purement et simplement d'être financé, fermetures de services publics à la clé, sauf si le Congrès vote - et si Barack Obama promulgue - une loi budgétaire couvrant les six derniers mois de l'exercice 2013, jusqu'à fin septembre.

Tant Barack Obama que le président républicain de la Chambre, John Boehner, ont semblé vouloir calmer le jeu vendredi. Ce dernier a indiqué que son groupe déposerait la semaine prochaine un tel texte de financement, qui devra aussi passer l'écueil du Sénat contrôlé par les démocrates.

"Oui, cela va faire mal à l'économie"

De son côté, le président américain ne s'est pas formellement engagé à le promulguer, mais a laissé entendre qu'il le ferait si le texte respectait de "précédents engagements", c'est-à-dire les grandes lignes de l'évolution des comptes publics sur lesquelles les deux camps se sont mis d'accord à l'été 2011.

De nombreuses confrontations sur les questions budgétaires ont été résolues à la dernière minute, ces dernières années, souvent sous la pression des marchés financiers. Cette fois, Wall Street n'a pas même réagi à ce nouvel épisode du psychodrame qui agite Washington depuis des mois.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 02/03/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Impasse budgétaire au Congrès américain, l'heure des coupes a sonné

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Aux États-Unis, l’urgence s'appelle "falaise fiscale"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)