Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditérrannée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Centenaire du génocide des Arméniens entre commémoration et provocations turques

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival de Cannes : 17 films en sélection officielle

En savoir plus

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Émilie Gassin présente son premier album "Curiosity"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Royaume-Uni : des élections décisives pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové : "Les nanoparticules dans l'alimentation, un danger pour les consommateurs"

En savoir plus

Afrique

John Kerry en visite au Caire sur fond de violences dans le Delta du Nil

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/03/2013

Plusieurs chefs de l'opposition égyptienne ont fait savoir qu'il refusait de rencontrer John Kerry, en déplacement au Caire ce week-end. Une visite qui intervient alors que des heurts entre manifestants et police ont éclaté à Mansoura et Port-Saïd.

Le secrétaire d’État américain, John Kerry, commence sa visite en Égypte dans un climat tendu. Un des chefs de file de l’opposition égyptienne, Hamdeen Sabahi, ainsi qu’un autre opposant de renom, Mohamed el-Baradei, ont refusé de le rencontrer.

Pour expliquer leur choix, ils invoquent les pressions de Washington pour convaincre l'opposition de revenir sur sa décision de boycotter des élections législatives. Celles-ci doivent s'étaler sur deux mois, à partir du 22 avril.

"Pour l'opposition, les Américains prennent le parti de Morsi"

La plus importante coalition d'opposition, le Front de salut national (FSN), doute de leur transparence et les boycotte car le pouvoir n’a pas accédé à ses principales demandes, parmi lesquelles la formation d'un nouveau gouvernement "pour sauver le pays".

Sabahi et El-Baradei ferment la porte à Kerry

"J'ai reçu une invitation et je l'ai rejetée, et Mohamed el-Baradei en a aussi reçu une et a fait de même, a déclaré dans une interview à la chaîne ONTV Hamdeen Sabahi, dirigeant du FSN. Nous voulons envoyer le message que nous rejetons la pression américaine."

Un conseiller d'un autre cadre du FSN, l'ancien ministre des Affaires étrangères Amr Moussa, a indiqué que celui-ci ne participerait pas non plus à une rencontre avec John Kerry.

Pendant ce temps, des heurts à Mansoura et Port-Saïd

Quelque 500 manifestants ont lancé des cocktails Molotov et des pierres sur le commissariat de Port-Saïd, ville du nord-est de l'Égypte, provoquant un incendie, et bloqué l'accès aux pompiers, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Les manifestants s'étaient rassemblés devant le commissariat après des affrontements au cours desquels deux hommes avaient été blessés quand un camion de police a heurté des personnes manifestant un peu plus tôt, a indiqué le ministère. Port-Saïd observe un mouvement de désobéissance civile pour la troisième semaine consécutive.

Des violences similaires ont eu lieu dans le Delta du Nil (Nord), où une personne a été tuée et des dizaines d'autres blessées dans des accrochages nocturnes entre policiers et manifestants à Mansoura, selon un responsable de la sécurité.

Avec AFP

"Il n'est pas question que nous participions à cette élection, c'est une décision du FSN, et l'unité du FSN est notre priorité numéro un", a dit à l'AFP ce conseiller, sous couvert de l'anonymat, précisant qu'Amr Moussa enverrait cependant un représentant à la rencontre.

Le calendrier John Kerry reste flou

John Kerry doit se rendre au Caire ce week-end, mais un responsable du département d'État interrogé à Washington n'était pas en mesure de confirmer son programme ni si le secrétaire d'État comptait rencontrer Hamdeen Sabahi et Mohamed el-Baradei.

"Le secrétaire a hâte de se rendre au Caire pour voir ce qu'il peut faire pour aider les Égyptiens en ce qui concerne leurs aspirations démocratiques et étudier les défis économiques auxquels ils font face", a déclaré Patrick Ventrell, un porte-parole du département d'État.

"Nous sommes des amis du peuple égyptien et [John Kerry] a hâte de rencontrer une grande variété d'interlocuteurs égyptiens venant de nombreux horizons", a-t-il ajouté.

Lors d'une conversation téléphonique mardi, le président américain, Barack Obama, a affirmé à son homologue égyptien, Mohamed Morsi, qu'il était "responsable de la protection des principes démocratiques", selon la présidence américaine.

De même source, il a encouragé le président égyptien "et tous les groupes politiques égyptiens à œuvrer au consensus et à faire progresser la transition politique".

France 24 avec dépêches
 

Première publication : 02/03/2013

  • TURQUIE

    John Kerry fustige un discours antisioniste d'Erdogan

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    John Kerry ou la difficulté de succéder à Hillary Clinton au département d'État

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le nouveau secrétaire d'État américain, John Kerry, a entamé sa tournée marathon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)