Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Angela Merkel est à Kiev, le convoi russe a quitté l'Ukraine

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

Moyen-orient

Syrie : violents affrontements aux portes de l'Irak

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/03/2013

Rebelles et forces de Bachar al-Assad s'affrontent dans la ville de Yaaroubieh, frontalière de l'Irak. L'un des insurgés affirme que l'armée irakienne avait fait feu en direction de la Syrie. Information démentie par Bagdad.

Des affrontements survenus dans la nuit de vendredi à samedi entre l'armée syrienne et des insurgés à un poste-frontière du nord-est du pays ont rapproché le conflit syrien de l'Irak, dont les soldats ont tiré en l'air pour les éloigner, ont rapporté des habitants, des responsables et un journaliste de Reuters.

Des soldats du régime syrien blessés sont soignés en Irak

Quatre soldats loyaux au régime syrien, blessés lors d'affrontements dans leur pays près de la frontière irakienne, sont actuellement soignés dans un hôpital du nord de l'Irak, a indiqué samedi le porte-parole du ministère irakien de la Défense.

"Quatre soldats syriens blessés ont été transférés à l'hôpital Rabia, proche du point de passage de Yaaroubiyé", reliant la province syrienne de Hassaka à la province irakienne de Ninive, a indiqué Mohammed al-Askari à l'AFP par téléphone.

"Il y a des heurts entre les deux parties en territoire syrien, mais en tant que force irakienne, nous n'avons rien à voir avec ceci, et nous n'avons pas interféré" en dépit du fait que des tirs venus des deux camps ont atterri en territoire irakien, a indiqué M. Askari.
 

Les insurgés ont pris le contrôle de la moitié de la ville syrienne de Yaarabia et d'un poste-frontière avec l'Irak au terme d'affrontements avec les forces fidèles à Bachar al Assad, a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDE).

Vendredi, déjà, un missile Scud tiré du territoire syrien était tombé non loin d'un village de la province irakienne de Ninive, près du poste-frontière de Rabia, à 390 km au nord de la capitale irakienne Bagdad.

Un chef des insurgés syriens a déclaré à la chaîne de télévision Al Arabia que l'armée irakienne avait ouvert le feu en direction de la Syrie, mais des habitants de Rabia et des sources proches de l'armée irakienne ont démenti l'information.

"Nous entendons le bruit des explosions et des armes à feu à Yaarbia depuis trois jours, mais il ne se passe rien à Rabia et l'armée irakienne campe sur ses positions", a déclaré Ali Chibaïb, qui vit à 300 mètres seulement du poste-frontière.

"Les forces de l'armée régulière syrienne sont cantonnées entre l'armée irakienne et l'Armée syrienne libre (insurgés)", a ajouté cet habitant.

Le conflit syrien a déjà débordé en Irak par le passé. En septembre, une fillette de cinq ans a été tuée dans l'explosion de roquettes tombées sur une ville frontière du secteur d'Al Kaïm.

Le Premier ministre irakien, le chiite Nouri al Maliki, déclare que l'Irak observe une position de non ingérence à l'égard de la Syrie, mais ses intérêts sont étroitement alignés sur ceux de l'Iran chiite, allié de Damas.

"Les troupes irakiennes ont commencé à tirer sur les rebelles", a affirmé un chef rebelle syrien, le général Selim Idris, à la chaîne panarabe Al Arabia, sans donner de précisions.

Selon le général, des soldats de l'armée syrienne ont fui enIrak après la prise du poste-frontière par les insurgés. C'est le deuxième poste à la frontière avec l'Irak à tomber aux mains des rebelles syriens.

De source médicale à Telafar en Irak, non loin de la frontière, on déclarait qu'un corps et quatre blessés étaient arrivés à l'hôpital de la ville, et qu'il s'agissait de Syriens, probablement de l'armée régulière.

REUTERS 

Première publication : 02/03/2013

  • ITALIE

    EN DIRECT : À Rome, John Kerry rencontre les "Amis du peuple syrien"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Syrie : vers une aide militaire directe de Washington aux rebelles syriens

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas prêt au dialogue avec l'opposition armée, selon la diplomatie syrienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)