Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Bas les pattes !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande le saoudien

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un juge de la Cour constitutionnnelle en fuite au 9è jour de contestation dans le pays

En savoir plus

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

Asie - pacifique

La télévision chinoise exhibe quatre condamnés à mort avant leur exécution

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/03/2013

La télévision chinoise a diffusé vendredi les images de quatre condamnés à mort juste avant leur exécution. Ils ont écopé de la peine capitale en novembre pour le meurtre de 13 Chinois lors de l’attaque en 2011 de deux bateaux sur le fleuve Mékong.

Les autorités chinoises ont procédé vendredi 1er mars à l’exécution de quatre trafiquants de drogue condamnés à la peine capitale pour le meurtre de 13 Chinois lors de l'attaque, en 2011, de deux bateaux sur le fleuve Mékong. Fait surprenant, avant de recevoir l’injection létale, les quatre prisonniers ont été exhibés en direct à la télévision nationale dans le cadre d’un programme d’une heure et demie consacré à l’affaire.

Présenté comme le chef du gang, le Birman Naw Kham a été le premier à être ligoté les mains dans le dos à la sortie de la prison de Kunming, dans le sud-ouest du pays, avant d'être conduit dans une camionnette vers le lieu de son exécution. Il a souri devant les nombreux caméramen et photographes de la presse officielle présents, avant de serrer les lèvres et d'être contraint à baisser la tête au moment où ses geôliers l'ont ligoté. Des fers lui ont aussi été posés aux pieds.

Quelques jours plus tôt, la télévision nationale avait réalisé un entretien avec lui dans lequel est revenu sur les faits. "Dans le 'Triangle d'or' [région de l'Asie du Sud-Est à cheval sur la Thaïlande, la Chine, la Birmanie et le Laos], les gens biens deviennent mauvais, vous ne pouvez pas résister à la tentation, a-t-il expliqué. J'espère que mes enfants ne suivront pas mon exemple. Je leur souhaite un bel avenir et j'espère qu'ils étudieront dur", a poursuivi le condamné à mort. Ce fut ensuite au tour des trois autres condamnés à mort, un Thaïlandais, un Laotien et un apatride, de sortir de la prison suivant la même procédure, également devant les caméras.

4 000 exécutions par an en Chine

Le "Triangle d'or", la région où avait eu lieu l'attaque des Chinois, est célèbre pour ses frontières poreuses et ses trafics en tout genre, notamment de stupéfiants. La zone a longtemps été l'une des principales productrices mondiales d'opium et d'héroïne. Peu après les meurtres, commis en octobre 2011, les autorités thaïlandaises avaient d'ailleurs privilégié la piste de trafiquants de drogue. Le groupe de malfaiteurs était basé dans l'État Shan, en Birmanie.

Leurs dépouilles et leurs effets personnels seront transmis à leurs familles ou à leurs consulats par les autorités judiciaires chinoises après l'exécution, a indiqué l'agence Chine nouvelle.

Le nombre d'exécutions en Chine sur décision de justice est supérieur à celui de l'ensemble du reste du monde. Le chiffre exact est tenu secret, mais il a été évalué en décembre 2011 à 4 000 par an par l'organisation de défense des droits de l'Homme Duihua (Dialogue), sur la base d'un rapport de l'Académie chinoise des sciences sociales.
 

France 24 avec dépêches

Première publication : 02/03/2013

COMMENTAIRE(S)