Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

Afrique

La commission électorale kényane annonce une participation record

© Leela Jacinto / FRANCE 24

Vidéo par Peggy BRUGUIÈRE , Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/03/2013

Cinq ans après les terribles affrontements post-électoraux consécutifs à la présidentielle de 2007, un nombre record de Kényans se sont déplacés aux urnes. Tous les regards se portent désormais sur le déroulement du dépouillement.

"Avec plus de 70 % de votants dès 17 h, la participation des Kényans à l'élection présidentielle du lundi 4 mars a été écrasante" s'est réjoui le président de la commission électorale Ahmed Issack Hassan.

Ce taux, établi à l'heure officielle de clôture du vote à 17 h (14 h GMT), "va sans doute augmenter encore de façon significative" car de nombreux bureaux demeuraient ouverts tard en soirée, en raison de retards dans les opérations et de l'afflux d'électeurs, a précisé le responsable électoral kényan.

Le duel entre les deux favoris, Raila Odinga et Uhuru Kenyatta, donnés très proches dans les sondages semble se confirmer. Tout en se disant confiants de l'emporter dès le premier tour, les deux adversaires ont assuré qu'ils accepteraient leur éventuelle défaite.

Les bureaux de vote ont ouvert tôt, ce lundi 4 mars, au Kenya, pour accueillir les 14 millions d’électeurs qui doivent choisir un nouveau président, des députés, des sénateurs et des gouverneurs locaux. Cinq ans après le scrutin qui avait plongé le pays dans un chaos de violences inter-ethniques, les exactions de l'époque sont dans toutes les mémoires.

Scène de chaos au bureau de vote de Kawangware, à Nairobi

La campagne s’est achevée samedi soir par des meetings des deux principaux candidats, le Premier ministre, Raila Odinga, et son vice-Premier ministre, Uhuru Kenyatta, à Nairobi. Tous deux sont au coude à coude dans les sondages. Les résultats devraient être connus dans les 48 heures, après fermeture des bureaux de vote à 17h, heure locale.

Incidents à Mombasa

De longues files d’attente se sont formées devant des bureaux de vote à Nairobi, notamment à Kawangware, un bidonville situé à proximité de la capitale kényane, où la foule, impatiente, a fait céder les portes d'un bureau qui n'avait pas encore ouvert à l'heure du début du scrutin (voir vidéo ci-dessus). La police a dû tirer en l'air pour faire revenir l'ordre.

Portrait de Uhuru Kenyatta

Si aucun incident majeur n’a été signalé durant la campagne électorale, plusieurs policiers ont été tués par balles, dans la nuit de dimanche à lundi, dans le sud-est du pays, à Mombasa. La police pense être tombée dans une embuscade tendue par le groupe séparatiste local, le Conseil républicain de Mombasa (MRC), qui appelle au boycott des élections. "À l'exception des incidents de Mombasa, tout est calme", affirme le porte-parole de la police, Charles Owino, interrogé par l’AFP.

Plusieurs localités sont cependant toujours sous tension, notamment les villes frontalières avec la Somalie - comme Garissa - régulièrement prises pour cible par les groupes Shebab. Ceux-ci reprochent à Nairobi son implication dans les opérations militaires en Somalie pour contenir les islamistes armés et ont menacé de perturber le scrutin au Kenya.

3 000 femmes violées en 2007-2008

Il y a cinq ans, lors des violences inter-ethniques, le viol et l’abus sexuel étaient utilisés comme armes d’intimidation. Même si le chiffre exact n’a jamais été établi, les militants des droits de l’Homme estiment à 3 000 le nombre de femmes qui ont été violées à l'époque, aussi bien par des gangs de jeunes que par les forces de police. Aucun agresseur n’a jamais été inquiété par la justice.

Autre territoire placé sous surveillance : la région du delta du fleuve Tana. Des villages reculés y sont régulièrement l’objet d’attaques ethnico-politiques.

"Si nous voulons la paix, il faut y travailler"

Quelque 99 000 agents de police ont été déployés sur l’ensemble du territoire pour assurer la sécurité des électeurs. La confiance dans les forces de l’ordre fait toutefois défaut au sein de la population, rapporte Leela Jacinto, envoyée spéciale de FRANCE 24 à Nairobi : "Les policiers kényans sont réputés pour leur corruption, leur inefficacité et leur promptitude à abuser de leur position". En décembre dernier, un nouvel inspecteur général de la police a été nommé. Il a promis de rétablir la sécurité et d’éviter le bain de sang de 2007 - plus de 1 000 personnes avaient été tuées et 600 000 avaient fui les tensions.

De nombreux appels à la paix ont été lancés durant la campagne électorale, reprend Leela Jacinto, qui a pu voir des dizaines d’étudiants chanter "Nous voulons la paix" dans la rue. Des rassemblements politiques de grande ampleur durant lesquels les principaux candidats promettaient de renoncer à la violence ont également été organisés.

L'entente cordiale est pourtant loin de régner entre les deux camps et le passé de 2007 plane sur les candidats. Raila Odinga affirme ainsi que son adversaire ne pourra pas exercer le pouvoir s’il est élu étant donné qu’il est poursuivi, tout comme son colistier William Ruto, par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité. La CPI estime, en effet, que les deux hommes ont attisé les violences de 2007-2008.

"Le Kenya a été un pays paisible pendant si longtemps que nous pensions qu'il s'agissait d'un acquis", se souvient Nancy Omuronji, une professeure d’université interrogée par FRANCE 24 lors d’un meeting à Nairobi. "Mais nous savons maintenant que si nous voulons la paix, il faut y travailler". Les stations de radio locales, qui ont amplement relayé les appels aux violences, en 2007, ont été surveillées de près. De même, une cellule de cyber-activistes a filtré les SMS échangés par téléphone portable.


 

Première publication : 04/03/2013

  • KENYA

    Les "Guignols de l’info" kenyans affolent la campagne présidentielle

    En savoir plus

  • Une réconciliation bien fragile au Kenya

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)