Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Afrique

Reportage : les pilotes français, clé de voûte de l'opération militaire au Mali

© Capture d'écran

Vidéo par Roméo LANGLOIS , Luke BROWN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/03/2013

Les opérations contre les djihadistes redoublent d’intensité dans le massif des Ifoghas, au Mali, où un troisième soldat français a été tué samedi. En soutien des troupes au sol, l’armée de l’air française intervient quotidiennement. Reportage.

L'amiral Guillaud affirme ne pas savoir "où se trouvent les otages"

Le chef d'état-major des armées, Édouard Guillaud, a affirmé, ce lundi, que les forces françaises et tchadiennes sont en train de "casser les reins" d'Al-Qaïda au Maghreb islamisque (Aqmi), dans le nord-est du Mali, où le chef djihadiste Abou Zeid aurait été tué, selon N’Djamena. Une mort que l'amiral français juge "probable".

Concernant Mokhtar Belmokhtar, l'autre chef terroriste dont le décès a été annoncé par les Tchadiens, Édouard Guillaud a joué la carte de la "prudence", citant les démentis apparus sur les forums islamistes.

Le chef d'état-major des armées a par ailleurs affirmé ne "pas savoir où se trouvent les otages" français enlevés le 16 septembre 2010 par Aqmi dans le nord du Niger.

Des otages dont les familles sont de plus en plus inquiètes. "La France doit donner à Aqmi des signaux clairs montrant une volonté de négocier, estiment-elles dans un communiqué publié ce lundi. Aujourd'hui, on considère que les opérations militaires, de force, ne parviendront pas à sauver les otages", a expliqué à l'AFP René Robert, le grand-père maternel de Pierre Legrand, l'un des quatre otages enlevés à Arlit il y a plus de deux ans.
 

Les soldats français et tchadiens ont tenté, dimanche, de venir à bout des combattants islamistes retranchés dans les massifs montagneux du nord-est du Mali, auxquels ils ont déjà infligé de lourdes pertes.

C'est dans cette zone, dans la vallée d'Ametettai, qui semble être l'épicentre des combats, qu'un parachutiste français de 26 ans a été tué samedi alors qu'il "montait à l'assaut d'une position ennemie avec sa section".

Les troupes au sol sont soutenues par les avions et hélicoptères de combat qui préparent l'intervention des forces terrestres. Les Mirage-2000, notamment, mènent des raids constants contre les djhadistes.
 
Bombes de 250 kg
 
Six de ces avions militaires français sont positionnés sur la base de l'aéroport Bamako-Sénou situé à dix kilomètres de la capitale malienne, à une heure et demie de vol de la zone de combat. Les pilotes sont informés en temps réel de l’évolution des opérations terrestres par des soldats français qui assurent la liaison avec les avions de chasse. 
 
"L’élément au sol, dit le FAC, avec lequel on est en liaison radio, nous explique où sont les positions amies, que ce soit les positions françaises ou les positions tchadiennes", explique l’un des pilotes de l’armée française à FRANCE 24.  
 
Une fois l’ennemi repéré, les mirages larguent des bombes de 250 kilos, efficaces sur un rayon de 500 mètres. Leur but : "anéantir" la force d’opposition pour reprendre du terrain.
 
Les opérations redoublent d’intensité dans le massif des Ifoghas. Dimanche, les mirages 2000 ont accompli leur millième heure de vol depuis le début de l’opération Serval.

Première publication : 04/03/2013

  • MALI

    Un soldat français tué lors d'une opération au Nord-Mali

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mali : Le Drian indécis sur le calendrier du retrait des troupes françaises

    En savoir plus

  • MALI

    Nord-Mali : l'envoi de Casques bleus est toujours en discussion à l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)