Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

Amériques

L’état de santé de Chavez se dégrade, les Vénézuéliens veulent la "vérité"

© Juan Barreto / AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/03/2013

Le président vénézuélien souffre d’une "nouvelle et grave infection", a annoncé lundi le ministre de la Communication. Opéré à plusieurs reprises en raison d’un cancer, Hugo Chavez n’est plus apparu en public depuis de longs mois.

Après avoir soufflé, pendant plusieurs mois, le chaud et le froid sur l’état de santé du président Hugo Chavez, le gouvernement vénézuélien émet cette fois un bulletin pessimiste. "Actuellement, il présente une nouvelle et grave infection", a annoncé lundi 4 mars le ministre de la Communication, Ernesto Villegas. "À ce jour, il y a une aggravation de la fonction respiratoire en relation avec son état d'immuno-dépression". Le communiqué a été diffusé dans tous les médias du pays depuis l'hôpital militaire de Caracas, où le président vénézuélien est soigné.

Malgré son retour inopiné de Cuba, le 18 février, le mystère plane toujours sur le véritable état de santé d'Hugo Chavez, qui reste silencieux et presque invisible depuis son départ pour La Havane le 10 décembre. Seules quelques photos prises dans sa chambre d'hôpital cubaine ont été dévoilées, à la mi-février, par les autorités.

Reste que, en l'absence de bulletins médicaux, le gouvernement vénézuélien a beau affirmer régulièrement que le patient continue de présider aux destinées du pays, il ne parvient pas à étouffer les rumeurs sur son réel état de santé.

Chavez omniprésent à la télévision

Faire taire "les laboratoires étrangers"

À la suite de nouvelles manifestations, dimanche, à Caracas, le ministère de la Communication a ainsi dénoncé une nouvelle fois, lundi, les intentions "des laboratoires étrangers" et de "la droite vénézuélienne" de préparer une guerre pour "provoquer des violences, prétextes à une intervention étrangère". Il a également fustigé "l'attitude hypocrite [des] ennemis historiques de Hugo Chavez qui lui ont toujours voué de la haine, l'ont insulté et déprécié et qui, aujourd'hui, utilisent son état de santé comme excuse pour déstabiliser" le Venezuela.

La veille, dans les rues de la capitale, l'opposition a réclamé "la vérité" sur la santé du président qui, à plusieurs reprises, s'est dit guéri de son cancer au cours des derniers mois. Une marche a, notamment, été organisée jusqu'à l'endroit où une cinquantaine de jeunes gens sont enchaînés depuis une semaine pour exiger que le chef de l'État, réélu pour un mandat de six ans en octobre mais qui n'a pas été en mesure de prêter serment, apparaisse publiquement ou renonce à ses fonctions.

Avant son départ pour La Havane en décembre, Hugo Chavez avait, dans un geste sans précédent, désigné comme héritier politique son vice-président Nicolas Maduro, pressant le pays de l'élire à la présidence en cas d'élections anticipées, comme le prévoit la Constitution en cas de défaillance ou de démission du président.

Dans le cas d'un décès ou d'une démission, des élections devraient être organisées dans les trente jours pour élire un nouveau chef de l'État.

Avec dépêches

Première publication : 05/03/2013

  • VENEZUELA

    Hugo Chavez "lutte pour sa vie", selon le vice-président Maduro

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)