Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Gaza au bord de l'asphyxie, selon la Banque mondiale

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Quelle stratégie face à l'organisation de l'Etat islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : pourquoi la coalition échoue-t-elle ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'Etat Islamique : pourquoi la coalition échoue-t-elle ? (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : la Belgique arrêtera son aide directe en cas de 3è mandat de Pierre Nkurunziza

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une histoire de fou" : la mémoire du génocide arménien au cinéma

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Palmyre en danger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : David Letterman fait ses adieux au "Late Show"

En savoir plus

POLITIQUE

François Bayrou : "Je n’ai jamais souhaité que l’on bombarde Bachar Al-Assad"

En savoir plus

EUROPE

GDF Suez candidat à la construction d'une centrale nucléaire en Turquie

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2013

Les Japonais Itochu et Mitsubishi, associés de GDF Suez, sont en lice pour la construction d'une deuxième centrale nucléaire en Turquie, située sur la mer Noire. Le coût de cet investissement est estimé entre 20 et 25 milliards de dollars.

Les groupes japonais Itochu et Mitsubishi associés au français GDF Suez ont soumis une offre pour la construction de la deuxième centrale nucléaire de Turquie, ont annoncé mardi les autorités.

L'investissement pour cette installation à Sinop, sur la mer Noire, est estimé à 20-25 milliards de dollars (15-19 milliards d'euros).

La Turquie prévoit la construction de plusieurs réacteurs afin de réduire sa dépendance vis-à-vis des importations de pétrole et de gaz.

Un premier contrat a été attribué au russe Rosatom, qui compte lancer le chantier à la mi-2015 pour une centrale qui entrerait en service en 2019. Cette première centrale,
représentant un investissement de 20 milliards de dollars, sera construite sur le site de Mersin Akkuyu, sur la Méditerranée, avec une capacité installée de 4.800 mégawatts.

Des discussions ont eu lieu entre représentants japonais et turcs la semaine dernière à Ankara en vue d'un accord intergouvernemental concernant la centrale de Sinop, ont indiqué à Reuters des responsables de GDF Suez et du ministère turc de l'Energie.

La Turquie a également engagé des discussions avec des entreprises du Canada, de Corée du Sud et de Chine mais le consortium franco-japonais semble le mieux placé.

"Les discussions ont commencé sur l'offre soumise par le consortium. Les offres sont en cours d'évaluation", a dit un représentant du ministère de l'Energie.

Selon GDF Suez, la centrale de Sinop aura une capacité installée de 5.000 mégawatts.

"Si les discussions avec le ministère de l'Energie concernant la centrale de Sinop ne débouchent pas, le même consortium se portera candidat pour la construction d'une
troisième centrale", a dit le représentant du groupe français.

La France, leader du nucléaire en Europe, ne cache pas son intérêt pour le programme turc, et le sujet a été évoqué en janvier lors d'une visite à Ankara de la ministre au Commerce extérieur Nicole Bricq.

Le gouvernement turc avait auparavant tourné le dos aux groupes français pour protester contre l'adoption en France d'une loi pénalisant la négation du génocide arménien, loi finalement abandonnée en février 2012 après avoir été invalidée par le Conseil constitutionnel.
 

Reuters

Première publication : 05/03/2013

  • UKRAINE

    Accident à Tchernobyl : Vinci et Bouygues évacuent leurs employés "par précaution"

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    Le Niger veut renégocier le prix de son uranium avec Areva

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)