Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Afrique

Belmokhtar ou Abou Zeid : une photo prise par un soldat tchadien jette le trouble

© RFI / Madjiasra Nako

Texte par Charlotte BOITIAUX , Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 05/03/2013

RFI et Paris Match détiennent une même photographie censée représenter le cadavre d'un leader d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). RFI avance qu'il s'agit de Mokhtar Belmokhtar, Paris Match d'Abou Zeid.

Sur l’écran du téléphone portable d’un militaire tchadien : la photo d’un cadavre en treillis, la tête maculée de sang ceinte d’un foulard noir. Selon des informations obtenues par RFI, qui a publié l’image dans la soirée du lundi 4 mars sur son site internet, il s'agirait de Mokhtar Belmokhtar, dit "le borgne", ce chef islamiste qui aurait été tué dans la soirée du 2 mars dans la vallée d’Ametetai. Ces déclarations, initialement formulées par plusieurs soldats tachdiens, ont ensuite été confirmées par l'état-major tchadien.

Photographie du portable d'un militaire tchadien qui montre sur son fond d'écran le cadavre d'un homme supposé être le terroriste Mokhtar Belmokhtar. © RFI / Madjiasra Nako

Mais au lendemain de la publication de ladite photo, le site internet du magazine Paris Match dévoile, à son tour, un cliché similaire, cadré différemment. Selon l’auteur de la photo, le journaliste tchadien Abdelnasser Garboa, le corps serait celui d’Abou Zeid, un des émirs d’Aqmi dont la mort a été annoncée fin février par l’armée tchadienne puis confirmée ensuite par un djihadiste d'Aqmi qui aurait relayé cette information via l'agence mauritanienne Sahara Medias.

"Quand j’ai vu la photo, je l’ai reconnu immédiatement. C’était bien Abou Zeid, affirme le journaliste tchadien Abdelnasser Garboa. L’officier qui l’avait prise deux jours plus tôt, le 2 mars, avec le petit appareil numérique qu’il porte dans un étui à sa ceinture, était d’accord avec moi."

Selon le journaliste tchadien Abdelnasser Garboa cité par Paris Match, il s'agirait d'Abou Zeid. © (Capture d'écran ParisMatch.com)

Paris ne confirme toujours pas

Interrogé par FRANCE 24, le directeur de l’agence Sahara Medias, Abdallah Mohamedi, a déclaré qu’il était peu probable qu’il s’agisse d’une photo de l’un ou de l’autre. Selon lui, Aqmi n’aurait pas laissé la dépouille d’un de ses leaders être photographiée. Il estime, en outre, que plusieurs détails physiques du cadavre le différenciaient des deux hommes.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a assuré, lundi soir, ne pas avoir de "preuve de la mort" de ces deux hommes sur une chaîne de télévision française. "Je ne vous dirai pas que l'un et l'autre sont morts car je ne le sais pas", a-t-il insisté. Des morts qui n'ont, à cette heure, pas été confirmées non plus à Bamako et à Alger.

En revanche, le président tchadien a réaffirmé que les deux hommes étaient bien morts, ajoutant que les corps n'avaient pas été exposés par respect "des principes de l'islam".

Première publication : 05/03/2013

  • MALI

    Photo du djihadiste mort : "Il ne s'agit probablement ni de Belmokhtar ni d'Abou Zeid"

    En savoir plus

  • NORD-MALI

    N'Djamena annonce la mort d'Abou Zeid, le bandit devenu émir d'Aqmi

    En savoir plus

  • SAHEL

    Mokhtar Belmokhtar, contrebandier devenu professionnel du rapt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)