Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

SPORT

Les propos du père de Pistorius sur les armes divisent sa famille

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2013

Le père d'Oscar Pistorius, le champion handisport soupçonné d'avoir tué sa compagne, a créé la polémique en affirmant que sa famille est armée pour se protéger. Il accuse le gouvernement sud-africain de ne pas être efficace contre la criminalité.

La famille d'Oscar Pistorius, le champion handisport sud-africain accusé d'avoir tué sa petite amie le jour de la Saint-Valentin, s'est désolidarisée mardi de propos tenus par le père de l'athlète, qui expliquait leur amour des armes à feu par un besoin d'auto-défense.

Henke Pistorius avait expliqué dans une interview au quotidien britannique The Daily Telegraph de lundi que sa famille était armée pour se protéger, accusant le gouvernement sud-africain de ne pas protéger les habitants contre les criminels.

Oscar et le reste de la famille Pistorius prennent leurs distances vis-à-vis de ces commentaires, a souligné mardi Arnold Pistorius, l'oncle d'Oscar et porte-parole de la famille: "L'interview d'Henke au journal n'avait pas été approuvée par notre équipe de relations avec les médias. (...) Ces commentaires ne sont pas représentatifs des opinions d'Oscar ou du reste de la famille Pistorius".

"La famille Pistorius ne possède des armes que pour le sport et la chasse", a-t-il précisé dans un communiqué.

"Il y a des armes pour la chasse et d'autres pour se protéger, les armes de poing", avait déclaré Henke Pistorius au Telegraph, après que le quotidien Beeld eut révélé que la famille d'Oscar - son père, ses oncles et son grand-père - possédait un total de 55 armes à feu.

"Vous ne pouvez pas compter sur la police, non pas parce qu'ils sont toujours inefficaces, mais parce que la criminalité est très importante", avait-il noté, expliquant que les forts taux de criminalité sont "de la faute du gouvernement ANC", le parti au pouvoir en Afrique du Sud depuis la fin de l'apartheid.

"Regardez les taux de criminalité frappant les Blancs... c'est un aspect de notre société", avait encore regretté Henke Pistorius, faisant référence aux 1.600 fermiers blancs tués dans le pays depuis 1990.

L'ANC a vivement fustigé mardi ces propos qui laissent penser, selon le parti, que "le gouvernement ANC n'est pas disposé à protéger les Sud-Africains blancs".

"Non seulement cette déclaration est dénuée de vérité, mais elle est également raciste", a écrit le parti dominant dans un communiqué.

Le gouvernement lui a emboîté le pas quelques heures plus tard, qualifiant les propos d'Henke Pistorius d'"infondés et malhonnêtes".

"Le gouvernement assure la sécurité de tous les Sud-Africains quels que soient leur race, leur sexe, leur orientation sexuelle et leur croyance religieuse", a déclaré mardi dans un communiqué une porte-parole du gouvernement, Phumla Williams, notant que des progrès avaient été accomplis ces dernières années en la matière.

"Le gouvernement appelle tous les citoyens à ne pas faire de remarques irresponsables, mais à travailler ensemble pour promouvoir la paix et l'harmonie, et assurer la cohésion sociale dans notre pays", a-t-elle ajouté.

Oscar Pistorius a tué sa petite amie Reeva Steenkamp le 14 février, chez lui au sein d'un lotissement fortifié de la banlieue de Pretoria.

Alors que le Parquet pense qu'il y a eu un meurtre prémédité, l'athlète plaide la thèse de l'accident et explique qu'il a tiré sur son amie, croyant qu'il s'agissait d'un cambrioleur.

Oscar Pistorius, qui avait déjà fait part du besoin de se défendre dans plusieurs interviews, avait demandé des licences pour plusieurs armes à feu.

AFP

Première publication : 05/03/2013

  • MARKETING

    Woods, Armstrong, Pistorius : la série noire de Nike

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Le frère aîné de Pistorius prochainement jugé pour le meurtre d'une femme

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    L'athlète sud-africain Oscar Pistorius libéré sous caution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)