Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Comment tout pourrait mal tourner pour Angela Merkel"

En savoir plus

MODE

Barcelone, nouvel eldorado de la création européenne

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du Code du travail : les ordonnances présentées en Conseil des ministres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crise au FN : "L'impossible existence des numéros deux"

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Crise des Rohingya : "Qu'ils nous laissent entrer", plaide le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme

En savoir plus

Economie

Étrange dialogue entre les Observateurs et "l'armée électronique syrienne"

© Capture d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2013

Le responsable du site internet des Observateurs de FRANCE 24 a pu entrer en contact, sur Twitter, avec l’”armée électronique syrienne” qui a revendiqué le piratage de deux comptes Twitter de l'entreprise et du site participatif.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais après l’épisode, le 4 mars, du piratage du site des Observateurs de FRANCE 24 par l’”armée syrienne électronique”, un étrange dialogue s’est engagé sur Twitter.

Le responsable de cette plateforme participative de la chaîne française d’information en continu, Julien Pain, a tenté, mardi, de rentrer en contact sur le célèbre réseau de microblogging avec ces pirates informatiques qui soutiennent le régime de Bachar el-Assad. Contre toute attente, ils ont répondu.

Au cours de la journée, @_julienpain a tenté d’en savoir plus sur les motivations et l’identité de ces “hackers” qui ont réussi à pirater le site des Observateurs, leur compte Twitter et celui de FRANCE 24 en arabe.

Des échanges qui peuvent, tout d’abord, étonner par leur ton. Ces pirates informatiques qui se disent d’origine syrienne se sont montrés très fiers de leurs prouesses technologiques, parsemant leurs messages de ponctuations empruntées au langage web et geek tels que "LOL" ou des smileys.

#LOL et VPN en Russie

Une légèreté de ton qui tranche avec la gravité des faits. Sur le fond, ces cyber-activistes expliquent qu’ils ont altéré un article sur l’Iran parce qu’il se trouvait en page d’accueil du site des Observateurs et un autre sur la République démocratique du Congo “par erreur”.

Répondant à une question sur leur motivation, le responsable du compte twitter de l’’armée électronique syrienne” reconnaît qu’ils pourraient transmettre le butin de leur cyber-attaque (outre FRANCE 24, ils ont piratés les comptes Twitter de l’AFP Photo et de SkyNews Arabia) aux services secrets syriens. “Who knows...#LOL” ("qui sait, LOL"), répond-il simplement tout en niant être le bras cyber-armé du régime de Bachar al-Assad.

Ces cyber-pirates ont également reconnu, lors de cette discussion, être passés par un hébergeur russe, histoire de rendre plus compliquée toute tentative de remonter à la source. Pour perpétrer leur méfait contre le site des Observateurs et les deux comptes Twitter, ils ont, en outre, utilisé un VPN (Virtual private network) qui leur garantit un certain anonymat sur la Toile.

Première publication : 05/03/2013

  • MÉDIAS

    France 24 attaquée par "l'armée électronique syrienne"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)