Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Le président vénézuélien Hugo Chavez est décédé

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2013

Le vice-président, Nicolas Maduro, a annoncé, lors d'une allocution télévisée mardi, la mort du président Hugo Chavez dans un hôpital militaire de Caracas. Le chef de l'État souffrait d'un cancer depuis juin 2011.

Le président vénézuélien Hugo Chavez est décédé mardi, à l’âge de 58 ans, dans un hôpital militaire de la capitale Caracas, des suites d'un cancer, a annoncé à la télévision publique le vice-président Nicolas Maduro.

"Nous avons reçu l'information la plus éprouvante et la plus tragique que nous puissions annoncer à notre peuple. À 16h25 (20h55 GMT) aujourd'hui 5 mars, est mort notre commandant président Hugo Chavez Frias", a déclaré M. Maduro.

Lors d'une intervention télévisée, les principaux chefs militaires vénézuéliens ont réagi à la mort du "Comandante" en promettant d'être loyaux au vice-président, que Hugo Chavez avait choisi comme son successeur.

"Nous sommes unis pour respecter et faire respecter la Constitution et la volonté de notre dirigeant commandant en chef Hugo Rafael Chavez Frias", a déclaré le ministre de la Défense, Diego Molero.

Les autorités ont décrété sept jours de deuil et des funérailles nationales sont prévues vendredi pour Hugo Chavez qui était aussi le chef de file de la gauche latino-américaine.

Peu après l'annonce du décès de Hugo Chavez, la capitale a plongé dans un silence pesant. De nombreux commerces et l'ensemble des transports publics ont immédiatement cessé de fonctionner alors que des centaines de partisans du "comandante", visiblement incrédules, sont spontanément sortis dans la rue.

Plusieurs appels au calme ont été lancés par Nicolas Maduro qui a également annoncé que l'armée et la police avaient été déployées dans le pays "pour accompagner et protéger notre peuple et garantir la paix". 

Analyse de Sarah Suarez, spécialiste de l'Amérique latine


 

Réactions internationales

Sur le plan international, la première réaction est venue de la présidente du Brésil Dilma Rousseff, qui a évoqué une "perte irréparable". "Nous n'avons pas toujours été intégralement d'accord avec le président Chavez mais sa disparition représente une perte irréparable. Il était un ami du Brésil et du peuple brésilien", a-t-elle déclaré lors d'une réunion publique.

Le président Barack Obama a, quant à lui, affirmé que les États-Unis soutenaient les Vénézuéliens après la mort du leader, réputé fer de lance de l’anti-impérialisme. Il a par ailleurs souhaité des "relations constructives" avec le futur gouvernement du Venezuela dans un "nouveau chapitre" de son histoire.

Les "ennemis" du Venezuela responsables de la mort de Chavez

Avant l’annonce de la mort du chef d’État, le vice-président avait, lors d’une allocution, accusé les "ennemis" du Venezuela d’avoir provoqué la maladie de Chavez et avait déclaré l’expulsion de deux membres de l’ambassade américaine de Caracas, soupçonnés de conspiration contre le régime vénézuélien.

Aux prises avec un cancer de la zone pelvienne depuis juin 2011, le leader bolivarien avait subi sa quatrième et dernière opération à Cuba le 11 décembre 2012. Depuis, Hugo Chavez n’était plus réapparu en public et, après deux mois d’hospitalisation à La Havane, il était rentré à Caracas le 18 février. Son état de santé s’était fortement aggravé durant les dernière heures, avait annoncé le gouvernement.

Élu pour la première fois à la tête du pays en décembre 1998, le dirigeant avait remporté son quatrième mandat présidentiel en octobre 2012. Devant son incapacité à se déplacer en raison de son hospitalisation, la justice vénézuélienne avait autorisé Hugo Chavez à effectuer sa prestation de serment après le 10 janvier, date initialement fixée. Une décision alors dénoncée par l’opposition.

Selon la Constitution vénézuélienne, son décès implique la tenue d’une nouvelle élection présidentielle d’ici 30 jours. Nicolas Maduro, en tant que nouveau chef de file du parti socialiste au pouvoir, devrait être opposé au gouverneur Enrique Capriles, candidat malheureux contre Hugo Chavez en octobre.

Avec dépêches

 

 

Première publication : 06/03/2013

  • VENEZUELA

    Caracas accuse les "ennemis" de Chavez d'avoir provoqué son cancer

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Nicolas Maduro, le nouveau visage du chavisme vénézuélien

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Diffusion des premières photos d'Hugo Chavez depuis son opération

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)