Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Economie

Wall Street dopée au cannabis ?

© Flickr

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/03/2013

Des sociétés spécialisées dans le commerce légal de cannabis et de produits dérivés connaissent des temps agités à Wall Street depuis la légalisation de l’usage de cette drogue dans deux États américains en novembre dernier.

Elles s’appellent Hemp (chanvre), Cannabis Science ou encore Medical Marijuana. Ces sociétés américaines spécialisées dans le commerce de cannabis à but médical ou de produits à base de chanvre connaissent des temps boursiers agités ces derniers mois.

Depuis novembre 2012, le cours des actions de ces entreprises fait une sorte de grand écart permanent. Certaines d’entre elles ont gagné plus de 100 % en quelques jours avant de chuter de toute leur nouvelle hauteur et de repartir à la hausse quelques semaines plus tard. Un phénomène de yo-yo qui illustre à quel point les investisseurs ne savent pas sur quel pied danser avec ces nouveaux enfants chéris (ou terribles) de Wall Street.

En cause : la décision de l'État du Colorado et de celui de Washington de légaliser, le 7 novembre 2012, l’usage du cannabis à but récréatif. Dans la foulée, la société MedBox - qui commercialise des distributeurs de médicaments - a vu son action s’envoler de 3 000 % en une semaine pour s’établir à 215 dollars. Pourtant, elle ne vend pas de produits à base de cannabis. Mais les investisseurs estimaient qu’elle pourrait devenir l’une des principales bénéficiaires de cette légalisation si elle décidait de mettre un peu de chanvre dans ses distributeurs. Une euphorie de courte durée, puisque l’action est rapidement retombée à 100 dollars.

Pure spéculation ?

Les sociétés plus spécialisées dans le cannabis que MedBox connaissent également, dans de moindres mesures, des poussées de fièvre et des douloureux retours sur terre depuis ce 7 novembre. Depuis début février, des sociétés comme Medical Marijuana ou Cannabis Science (qui fournit des traitements anti-douleur à base de cannabis pour des patients atteints de cancer ou du sida) ont enregistré des hausses en Bourse de près de 400 % avant de retomber.

Certes, la valeur des actions de ces sociétés n’est que de quelques cents (0,08 dollar pour Cannabis Science et 0,30 dollar pour Medical Marijuana), mais les variations sont bien réelles. Ce nouvel emballement serait, cette fois-ci, à mettre sur le compte d’un intérêt médiatique de plus en plus important pour cette niche économique et sur l’idée que le secteur finira par prendre son réel envol, d’après James Brumley, ancien trader et contributeur au site financier américain InvestorsPlace.

Mais ces soubresauts boursiers peinent pour l’instant à se traduire en tendance durable. Il s’agirait même de “valeurs spéculatives par excellence”, d’après Ashraf Eassa, l’un des contributeurs au site américain spécialisé dans la finance Seeking Alpha. “Soudain, des investisseurs qui n’ont jamais entendu parler de ces entreprises voient fleurir des commentaires sur Internet qui affirment que le cannabis va être ‘le prochain grand truc’ et comme les actions ne coûtent rien ou presque, ils se ruent dessus quitte à vendre dès qu’ils sentent le vent tourner”, regrette-t-il.

Un marché fumeux

Surtout, impossible de savoir ce que le marché du cannabis représente réellement. Une incertitude qui ne plaît guère aux investisseurs. Les États du Colorado et de Washington sont-ils des pionniers ou des exemples isolés ? Sur 14 référendums qui se sont tenus en même temps que l’élection présidentielle de novembre 2012, seuls ces deux États ont voté pour une légalisation du cannabis à des fins récréatives. Le Massachussets, de son côté, est devenu le 18e État à l’accepter pour une utilisation médicale. On est encore loin d’une ruée vers "l’or vert”.

Enfin, ce marché fleurit en grande partie dans l’illégalité. Les estimations varient fortement dans ce secteur, oscillant entre 40 milliards et 120 milliards de dollars annuels. “C’est soit un peu moins que ce que les Américains dépensent pour leurs animaux, soit davantage que le marché de la bière”, souligne les responsables d'Elite E Services, une société américaine de services financiers. Tout dépendrait de ce qui est pris en compte pour évaluer ce secteur. La fourchette basse n’inclurait que la consommation de cannabis par les particuliers, tandis que le gâteau est bien plus important si les habits en chanvre ou encore l’attirail nécessaire pour l’exploitation de cette plante, telle que des lampes à LED, rentrent également en ligne de compte.

Autant d’incertitudes qui font que “si le marché du cannabis a indéniablement un avenir, il n’a pas de présent”, résume James Brumley pour le site InvestorsPlace. Les Medical Marijuana et autres Cannabis Science suscitent, certes, un intérêt boursier certain à la lumière des récentes lois au Colorado et à Washington. Mais rien ne dit que le jour où l’usage du cannabis sera plus communément admis aux États-Unis, ce seront toujours ces pionniers qui en tireront les principaux bénéfices. Peut-être même, d’après James Brumley, qu’elles se seront envolées en fumée...

Première publication : 05/03/2013

  • ÉTATS-UNIS

    De la légalisation du cannabis au mariage gay, résultats des référendums

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Dépénaliser le cannabis ne conduit pas à une hausse de sa consommation"

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le village de Rasquera mise sur le cannabis pour sortir de la crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)