Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

FRANCE

Le Conseil des ministres adopte le projet de loi sur le marché du travail

© Photo AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2013

Le Conseil des ministres a adopté le projet de loi consécutif à la signature, le 11 janvier, de l'accord portant sur la réforme du marché du travail entre les partenaires sociaux. Jean-Marc Ayrault a salué un texte qui "participe à l'emploi".

Le projet de loi transcrivant l'accord du 11 janvier entre partenaires sociaux sur le marché du travail a été adopté ce mercredi 6 mars en Conseil des ministres. Ce texte combine une plus forte dose de flexibilité à de nouveaux droits octroyés aux salariés.

S'exprimant dans la cour de l'Élysée à l'issue du Conseil, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a fait valoir que ce texte était la traduction du "premier accord de cette importance depuis 30 ans".

"Aujourd'hui, c'est le succès d'une méthode, celle du dialogue social, celle de la négociation, celle de la recherche du compromis", a-t-il affirmé en souhaitant que le projet de loi soit adopté "très vite" au Parlement.

"Un accord gagnant-gagnant", selon le Premier ministre

"C'est un projet de loi qui va permettre de renforcer la sécurité des parcours professionnels pour les salariés. (...) C'est un accord gagnant-gagnant pour les entreprises qui connaissent des difficultés, qui doivent se réorganiser, en anticipant la situation, sans faire qu'à chaque fois la seule solution, c'est de licencier", a plaidé le Premier ministre.

"C'est un projet de loi qui préserve l'emploi, c'est un projet de loi qui participe à l'emploi", a-t-il encore insisté. Le texte, résultat d'un accord entre le patronat et trois syndicats (CFDT, CFTC, CFE-CGC), introduit davantage de flexibilité dans le droit du travail tout en octroyant des nouvelles prérogatives aux salariés et à leurs représentants.

La mesure la plus controversée permet à des entreprises "en grande difficulté" économique d'aménager le temps de travail et les salaires. En clair, pendant une durée de deux ans au maximun et avec l'accord du syndicat représentatif, la direction peut baisser les rémunérations et/ou réduire les horaires des salariés.

En contrepartie cet accord introduit la présence obligatoire de deux salariés dans les instances de décision des grandes entreprises (plus de 5 000 salariés en France ou 10 000 dans le monde).

Le texte encadre, en outre, davantage les procédures de licenciements collectifs et entend favoriser la mobilité professionnelle.

"J'ai toute confiance dans le sens de la responsabilité des parlementaires socialistes. Ils sont près de 300", a également déclaré Jean-Marc Ayrault, relativisant ainsi la portée de la présence de quelques élus socialistes à la manifestation organisée mardi à Paris pour protester contre l'accord du 11 janvier.

"On ne peut pas réformer le pays uniquement par conflit, par affrontement. On peut le faire aussi (par) des accords, des négociations. Le gouvernement préconise cette négociation, cette méthode du dialogue social. Cela sera la même chose pour les retraites, pour la formation professionnelle", a conclu le Premier ministre.

Avec dépêches
 

Première publication : 06/03/2013

  • FRANCE

    Le taux de chômage en France atteint son plus haut niveau depuis 1997

    En savoir plus

  • FRANCE

    Marché du travail : les partenaires sociaux trouvent un accord

    En savoir plus

  • INDUSTRIE

    En France, 900 usines fermées et 100 000 emplois détruits depuis 2009

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)