Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

Afrique

Le tribunal administratif du Caire annule les élections législatives

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2013

La justice égyptienne a ordonné mercredi l'annulation des législatives, prévues à partir du 22 avril. Le Front national du salut, principale coalition de l'opposition, avait annoncé son intention de boycotter le scrutin pour manque de transparence.

Le tribunal administratif du Caire a ordonné mercredi l'annulation du décret présidentiel fixant au 22 avril la date du début des élections législatives en Égypte.

La cour a expliqué que le Conseil de la Choura, la Chambre haute du Parlement, n'avait pas renvoyé devant la Haute Cour constitutionnelle la loi électorale amendée pour qu'elle soit une dernière fois examinée avant son adoption.

Les Frères musulmans "respectent" la décision

Les Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, ont dit "respecter" la décision de la justice. "La présidence respecte la décision du tribunal administratif et n'appellera pas à des élections législatives. Nous sommes dans un système démocratique qui respecte l'État de droit", a déclaré Mohamed Gadallah, conseiller juridique de Mohamed Morsi.

"Ayant dit cela, il y aura un appel de la décision du tribunal par l'Autorité judiciaire d'État qui représente la présidence et le gouvernement, » a-t-il poursuivi, précisant que l'appel s'appuierait sur le fait que les décrets électoraux sont des actes souverains de la présidence et qu'ils ne peuvent pas être remis en cause.

Le leader islamiste avait jusqu’alors plaidé pour la tenue de ces élections, qui, selon lui, mettraient le pays sur le chemin de la stabilité.

Une vision aux antipodes de celle de la principale coalition de l'opposition. Le Front du salut national (FSN) avait, en effet, annoncé qu'elle boycotterait les législatives en raison, notamment, du manque de garanties pour leur transparence. Le scrutin en quatre phases, qui devait initialement commencer le 27 avril, avait été avancé de cinq jours à la demande de la minorité copte, mécontente de voir la date coïncider avec les fêtes de Pâques.

Avec dépêches
 

Première publication : 06/03/2013

  • ÉGYPTE

    Nouveaux affrontements entre la police et des manifestants à Port-Saïd

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les violences à Port-Saïd ont fait six morts, dont trois policiers

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les anti-Morsi descendent à nouveau dans la rue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)