Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Présidentielle kényane : impatience et suspicions face au retard des résultats

© AFP

Vidéo par Stéphanie BRAQUEHAIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2013

En raison de retards dans le dépouillement, le résultat du premier tour de l’élection présidentielle au Kenya n'avait toujours pas été publié mercredi, soit deux jours après le vote. Les différents partis politiques s'accusent de tricherie.

Quarante-huit heures après la clôture du vote, le nom du vainqueur de l’élection présidentielle kényane se faisait encore attendre mercredi. Alors que les dépouillements des bulletins ont pris du retard, le climat d’anxiété grandit auprès de la population, pour qui le souvenir de la présidentielle de 2007, véritable bain de sang, est encore présent.

"Le climat d'attente devient de plus en plus difficile à supporter"

Selon Stéphanie Braquehais, correspondante de FRANCE 24 sur place, le coûteux système électronique, permettant un comptage rapide des voix, n’a pas fonctionné. "On en revient donc à un comptage manuel. Les agents répartis dans le pays doivent revenir avec les documents officiels au siège de la Commission" explique-t-elle.

Kenyatta menacé par les votes nuls

Le plus gros contentieux : les votes nuls. La Commission est favorable à l’intégration de ces derniers dans le décompte total. Or, la coalition du vice-Premier ministre sortant, Uhuru Kenyatta, en tête selon les premiers résultats partiels, s’y oppose. "On en est à presque plus de 5 % de votes nuls," explique Stéphanie Braquehais, "si ces votes sont comptés, cela voudrait dire que Kenyatta - qui a dépassé les 50 % sur à peu près 40 % des bureaux de vote - pourrait redescendre en-dessous de la barre des 50 %. Cela ouvrirait la voie à un second tour."

Hors de question pour le clan du fils du premier président du pays, qui considère que ce mode de calcul pourrait le priver d’une victoire dès le premier tour face à son principal rival, le Premier ministre Raila Odinga.

Le nombre important de bulletins nuls est attribué à la complexité du scrutin : les Kényans votaient pour six élections. En plus d'élire leur nouveau président, les électeurs devaient en effet désigner leurs députés, sénateurs, gouverneurs, membres des assemblées départementales ainsi qu'un quota de femmes à l'Assemblée nationale.

Le mauvais souvenir de 2007

Ces retards dans la diffusion des résultats sont d'autant plus difficiles à supporter qu'ils ravivent la crainte de voir le scénario de 2007 se reproduire, selon un activiste cité par Stéphanie Braquehais.

"Plus les retards s’accumulent, plus la crédibilité de la Commission électorale est mise en question. Et si cette crédibilité est mise en question, alors les spéculations commencent à circuler," détaille la journaliste. De fait, les partis politiques se sont déjà mutuellement accusés de tricherie.

En 2007, l'annonce de la défaite de M. Odinga face au président sortant Mwai Kibaki avait débouché sur les pires violences depuis l'indépendance du pays. Plus de 1 000 personnes avaient été tuées et 600 000 déplacées. Quant au candidat Uhuru Kenyatta, il doit être jugé en avril par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité, liés à son implication présumée dans l'organisation de ces violences.

Première publication : 06/03/2013

  • REPORTAGE

    À Kibera, les Kényans retiennent leur souffle dans l'attente des résultats

    En savoir plus

  • KENYA

    La commission électorale kényane annonce une participation record

    En savoir plus

  • KENYA

    Les "Guignols de l’info" kenyans affolent la campagne présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)