Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

Moyen-orient

La Ligue arabe prête à attribuer le siège de la Syrie à l'opposition

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2013

La Ligue arabe a annoncé mercredi que la Coalition nationale syrienne allait être invitée à occuper le poste de la Syrie resté vacant au sein de l'organisation panarabe depuis sa suspension en novembre 2011, suite au soulèvement contre Assad.

La Ligue arabe a débattu mercredi au Caire de la possibilité d'attribuer le siège de la Syrie au sein de l'organisation aux opposants à Bachar al-Assad, a-t-on appris auprès de diplomates. Pour les ministres des Affaires étrangères, cette attribution présente une condition : que l’opposition syrienne se dote d’un gouvernement provisoire ou d’un comité exécutif.

"Les discussions sur l'attribution du siège syrien à l'opposition se déroulent en ce moment et il y a des pays qui sont pour et d'autres contre", a expliqué un diplomate ayant requis l'anonymat.

L’Algérie, le Liban et l’Irak s'y opposent

La Coalition nationale syrienne (CNS), principale structure de l'opposition, a officiellement demandé à représenter la Syrie au sein de la Ligue arabe. Mais l'Irak, l'Algérie et le Liban s'y opposent, selon le porte-parole de la CNS, Walid al Bounni.

Le ministre libanais des Affaires étrangères a formulé une proposition exactement inverse en demandant que la Syrie retrouve son statut d'État membre à part entière. "La communication avec la Syrie (...) est essentielle pour trouver une solution politique", a dit Adnan Mansour, un chiite, au cours de la réunion de la Ligue arabe

La Syrie, membre fondateur de l'organisation aux côtés de l'Arabie saoudite, de l’Égypte, de l'Irak, de la Jordanie et du Liban, a été suspendue de la Ligue arabe le 12 novembre 2011 en raison de la répression du soulèvement, initialement pacifique, né huit mois auparavant contre le régime de Bachar al-Assad. La crise s'est transformée depuis en une guerre civile, qui a coûté la vie à au moins 70 000 personnes, selon les estimations de l'ONU.


 

Avec dépêches

Première publication : 06/03/2013

  • SYRIE

    La crise syrienne déborde en Irak, preuve de "la régionalisation du conflit"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les rebelles syriens contrôlent la quasi-totalité d'une capitale provinciale

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bachar al-Assad accuse Londres de vouloir armer les terroristes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)