Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

Economie

Bruxelles inflige une énième amende salée à Microsoft

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/03/2013

Bruxelles a infligé, mercredi, une amende de 561 millions d'euros à Microsoft qui n'a pas respecté une injonction européenne de 2009 concernant son navigateur internet. Le géant américain a écopé de 1,6 milliard d'euros d'amende de l'UE depuis 2004.

Microsoft le reconnaît : le géant américain de l'informatique est "entièrement responsable" et il promet qu'on ne l'y reprendra plus. Un mea culpa qui suit l'amende de 561 millions d'euros que lui a infligé, mercredi 6 mars, la Commission européenne.

La plus haute autorité politique européenne a trouvé que Microsoft ne l'avait pas suffisament prise au sérieux en 2009. À l'époque, la société qui vend Windows à travers le monde s'était engagée, à la demande de la Commission, à offrir le choix entre différents navigateurs internet aux utilisateurs européens de son populaire système d'exploitation pour PC. Une promesse qui avait permis au géant américain d'échapper à une amende pour pratique anti-concurrentielle.

Mais depuis lors, l'Union européenne trouve que Microsoft n'a pas fait grand chose pour tenir ses promesses. Il y a bien eu - fugacement - un écran de sélection qui proposait aux utilisateurs de choisir entre plusieurs navigateur (Firefox, Chrome ou encore Internet Explorer de Microsoft). Mais il a disparu suite à "une erreur technique lors d'une mise à jour de Windows 7", avait affirmé Microsoft dès juillet 2012. Un couac qui a, finalement, persisté plus d'un an.

Plus d'un milliard d'euros en tout

Durant tout ce temps, les utilisateurs de Windows 7 pouvaient bien se connecter au Web en utilisant Internet Explorer, mais n'étaient pas informés qu'il existait des solutions concurrentes. Une infraction flagrante aux recommandations de la Commission européenne.

Cette dernière a donc décidé de sévir et pour évaluer le montant de l'amende, la Commission a pris en compte divers critères (durée de l'infraction, volonté de coopération de Microsoft...). Elle aurait pu taper bien plus lourdement dans le portefeuille de Microsoft pour cet "oubli" qui a pénalisé, d'après le commissaire européen à la Concurrence Joaquin Almunia, 15 millions de clients en Europe. Bruxelle a, en effet, le pouvoir d'infliger des sanctions allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires de l'entreprise sanctionnée. Microsoft, dont le chiffre d'affaires en 2012 est de 74 milliards de dollars (57 milliards d'euros), le montant de l'amende aurait pu s'élever à 5,7 milliards d'euros.

Reste qu'avec cette nouvelle amende, Microsoft a, depuis 2004, été condamné à plus de 1,6 milliard d'euros d'amendes à chaque fois pour des entorses aux règles européennes de la concurrence.

Première publication : 06/03/2013

  • INFOGRAPHIE

    Ces géants du Web qui se font passer pour des nains fiscaux

    En savoir plus

  • INFORMATIQUE

    Microsoft dans le collimateur de l'Union européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)