Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

Amériques

Caracas en deuil : Chavez était "un grand, un grand commandant"

Vidéo par Pascale MARIANI

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 06/03/2013

Le décès de Hugo Chavez est vécu comme un choc par ses partisans. Dès la nouvelle connue, de nombreux rassemblements ont eu lieu dans le pays. À Caracas, l'armée a été déployée dans la soirée de mardi pour assurer la sécurité.

C’est un silence pesant qui a soudainement enveloppé Caracas. Quelques heures seulement après l’annonce de la mort de Hugo Chavez, mardi 5 mars, les rues de la capitale vénézuélienne se sont brusquement vidées. De nombreux commerces ont fermé et l'ensemble des transports publics ont cessé de fonctionner.

"La capitale est déserte comme s’il y avait eu un couvre-feu, explique Pascale Mariani, l’envoyée spéciale de FRANCE 24 à Caracas. Des check-points de la garde nationale ont été installés dans les rues désertes mais les militaires attendent des voitures qui ne passent pas. Il n’y a personne à arrêter", raconte-t-elle.

Après avoir annoncé le décès du président vénézuélien, Nicolas Maduro, son héritier désigné, a, en effet, lancé plusieurs appels au calme et souligné que l'armée et la police avaient été déployées dans le pays "pour accompagner et protéger notre peuple et garantir la paix". Peu après, le ministre de la Défense, Diego Molero, a déclaré que les forces armées restaient "unies pour respecter et faire respecter la Constitution".

Plus tôt dans la journée, des milliers de partisans du Commandante, abasourdis par la nouvelle, sont spontanément descendus dans les rues de Caracas et d'autres villes du pays. Partout, les journalistes ont filmé les mêmes scènes de chagrin, les mêmes visages baignés de larmes.

"C'était un grand de la révolution"

"Nous avons perdu quelqu’un de grand, quelqu’un de très grand", crie un jeune homme, terrassé par la mort du leader bolivarien. "C’est tellement triste, c’était un grand, un grand commandant, un grand de la révolution. Ça ne sera jamais plus comme avant...", sanglote un autre, dont la voix à peine audible est couverte par un concert de klaxons. Certaines femmes, visiblement abattues, ne tiennent même plus sur leurs jambes. "Ô ma patrie, ma patrie chérie !", chante d’une faible voix une Vénézuelienne soutenue physiquement par deux jeunes hommes.

Devant l'hôpital militaire de la capitale où Hugo Chavez était soigné depuis le 18 février, plusieurs centaines de personnes ont improvisé une manifestation, brandissant son portrait et scandant des slogans à sa gloire. "Chavez au panthéon !", "Nous sommes tous des Chavez !", crient certains de ses partisans.

À la tristesse se sont mêlées des scènes de ferveur patriotique. "Le combat continue ! Nous sommes tous des Chavez ! La révolution est là !", hurle une jeune femme face aux caméras. "Le peuple et la jeunesse soutiennent Maduro. C’est lui le nouveau leader du pays, nous sommes avec lui !", ajoute-t-elle le poing levé.

Une partie de la presse nationale et continentale pleure également la disparition du leader vénézuelien. "Chavez, une trace indélébile", "Adieu Commandant !", "Chavez, maintenant et pour toujours !", "Un héritage indéniable", peut-on lire ce mercredi matin à la une de différents quotidiens.

Les autorités ont décrété sept jours de deuil et des funérailles nationales sont prévues vendredi.

Première publication : 06/03/2013

  • BIOGRAPHIE INTERACTIVE

    Les six vies d'Hugo Chavez

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le président vénézuélien Hugo Chavez est décédé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)