Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Amériques

Caracas en deuil : Chavez était "un grand, un grand commandant"

Vidéo par Pascale MARIANI

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 06/03/2013

Le décès de Hugo Chavez est vécu comme un choc par ses partisans. Dès la nouvelle connue, de nombreux rassemblements ont eu lieu dans le pays. À Caracas, l'armée a été déployée dans la soirée de mardi pour assurer la sécurité.

C’est un silence pesant qui a soudainement enveloppé Caracas. Quelques heures seulement après l’annonce de la mort de Hugo Chavez, mardi 5 mars, les rues de la capitale vénézuélienne se sont brusquement vidées. De nombreux commerces ont fermé et l'ensemble des transports publics ont cessé de fonctionner.

"La capitale est déserte comme s’il y avait eu un couvre-feu, explique Pascale Mariani, l’envoyée spéciale de FRANCE 24 à Caracas. Des check-points de la garde nationale ont été installés dans les rues désertes mais les militaires attendent des voitures qui ne passent pas. Il n’y a personne à arrêter", raconte-t-elle.

Après avoir annoncé le décès du président vénézuélien, Nicolas Maduro, son héritier désigné, a, en effet, lancé plusieurs appels au calme et souligné que l'armée et la police avaient été déployées dans le pays "pour accompagner et protéger notre peuple et garantir la paix". Peu après, le ministre de la Défense, Diego Molero, a déclaré que les forces armées restaient "unies pour respecter et faire respecter la Constitution".

Plus tôt dans la journée, des milliers de partisans du Commandante, abasourdis par la nouvelle, sont spontanément descendus dans les rues de Caracas et d'autres villes du pays. Partout, les journalistes ont filmé les mêmes scènes de chagrin, les mêmes visages baignés de larmes.

"C'était un grand de la révolution"

"Nous avons perdu quelqu’un de grand, quelqu’un de très grand", crie un jeune homme, terrassé par la mort du leader bolivarien. "C’est tellement triste, c’était un grand, un grand commandant, un grand de la révolution. Ça ne sera jamais plus comme avant...", sanglote un autre, dont la voix à peine audible est couverte par un concert de klaxons. Certaines femmes, visiblement abattues, ne tiennent même plus sur leurs jambes. "Ô ma patrie, ma patrie chérie !", chante d’une faible voix une Vénézuelienne soutenue physiquement par deux jeunes hommes.

Devant l'hôpital militaire de la capitale où Hugo Chavez était soigné depuis le 18 février, plusieurs centaines de personnes ont improvisé une manifestation, brandissant son portrait et scandant des slogans à sa gloire. "Chavez au panthéon !", "Nous sommes tous des Chavez !", crient certains de ses partisans.

À la tristesse se sont mêlées des scènes de ferveur patriotique. "Le combat continue ! Nous sommes tous des Chavez ! La révolution est là !", hurle une jeune femme face aux caméras. "Le peuple et la jeunesse soutiennent Maduro. C’est lui le nouveau leader du pays, nous sommes avec lui !", ajoute-t-elle le poing levé.

Une partie de la presse nationale et continentale pleure également la disparition du leader vénézuelien. "Chavez, une trace indélébile", "Adieu Commandant !", "Chavez, maintenant et pour toujours !", "Un héritage indéniable", peut-on lire ce mercredi matin à la une de différents quotidiens.

Les autorités ont décrété sept jours de deuil et des funérailles nationales sont prévues vendredi.

Première publication : 06/03/2013

  • BIOGRAPHIE INTERACTIVE

    Les six vies d'Hugo Chavez

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le président vénézuélien Hugo Chavez est décédé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)