Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

Amériques

À Caracas, une marée humaine accompagne le cercueil de Chavez

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2013

La dépouille d'Hugo Chavez a rejoint mercredi l’Académie militaire de Caracas, après un passage dans les rues de la capitale sous haute escorte. Le corps du dirigeant, exposé dans une chapelle pendant deux jours, sera inhumé vendredi.

Une foule de Vénézuéliens, vêtus de rouge – la couleur des chavistes - a accompagné mercredi le cortège funéraire du président Hugo Chavez, décédé la veille des suites d'un cancer, à sa sortie de l'hôpital militaire. La dépouille du "Comandante" a rejoint l'Académie militaire où elle est à présent exposée jusqu'aux obsèques prévues vendredi 7 mars.

 

À côté du cercueil, couvert du drapeau national vénézuélien, se trouvaient Elena Frias, la mère du défunt, ses frères, ainsi que plusieurs membres du gouvernement. L’héritier politique désigné, le vice-président Nicolas Maduro, ainsi que le numéro deux de l'exécutif, le président de l'Assemblée nationale Diosdado Cabello, et le président bolivien Evo Morales ont, eux aussi, assisté au cortège funéraire.

"Le plus grand homme que la patrie ait enfanté"

Plus tôt dans la journée, des centaines de partisans du leader bolivarien s’étaient rassemblés devant l'hôpital. Certains étaient munis du quotidien d'État "Ciudad Caracas", qui a consacré sa une à Chavez, intitulée : "Jusqu'à la victoire, toujours commandant Chavez !". Face à eux, une banderole, déployée sur les grilles de l'établissement, annonce "Chavez vit, la révolution continue !".

"Je suis venu faire mes derniers adieux au président. Il n'y aura pas d'autre Chavez, c'est le plus grand homme que cette patrie ait enfanté", a lancé José Gregorio Conde, un employé du secteur public de 34 ans, venu faire ses adieux au leader bolivarien.
"Je veux lui dire au revoir car c'était un homme bon, qui a tout donné aux plus pauvres", confie, de son côté, Iris Dicuro, 62 ans, venu de Puerto La Cruz, dans le nord-est du pays.

Les autorités vénézuéliennes ont décrété sept jours de deuil national.

Avec dépêches
 

Première publication : 06/03/2013

  • VENEZUELA

    Quand Hugo Chavez se confiait à FRANCE 24

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Caracas en deuil : Chavez était "un grand, un grand commandant"

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le chavisme, un socialisme accro au pétrole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)