Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Moyen-orient

Chavez et le monde arabe, du héros à l'allié des dictateurs

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 06/03/2013

Le président Hugo Chavez, qui s'est éteint le 5 mars, a longtemps été perçu comme un héros au Moyen-Orient et dans le monde arabe. Et ce, jusqu'à ce qu'il exprime son soutien aux régimes en proie à la vague des révolutions arabes en 2011.

Le charismatique président vénézuélien Hugo Chavez, qui s'est éteint le 5 mars, a longtemps été perçu comme un héros au Moyen-Orient et dans le monde arabe. L’infatigable pourfendeur de "l’impérialisme américain" continue de jouir, notamment en Iran, d’une popularité sans précédent pour un leader latino-américain dans cette partie du monde. Mais ce sont surtout ses prises de position contre l'opération israélienne "Plomb durci" dans la bande de Gaza, en 2009, qu'il avait qualifié de "génocide", et sa décision d'expulser l'ambassadeur d'Israël à Caracas qui ont accru sa popularité auprès de la rue arabe.

Hugo Chavez et Saddam Hussein

Au cours de ses différents mandats, il a affiché un soutien sans faille à des dirigeants controversés, comme l’Irakien Saddam Hussein, le Libyen Mouammar Kadhafi, l'Iranien Mahmoud Ahmadinejad ou encore le Syrien Bachar al-Assad, avec lesquels il avait noué des partenariats stratégiques et énergétiques. Des régimes qui partageaient ou partagent toujours avec le chantre de la révolution bolivarienne leur aversion de Washington. "L’animosité commune à l’égard des États-Unis explique principalement l’alliance et l’amitié qui s’est nouée entre Chavez, un grand nostalgique du tiers-mondisme et des idées anti-impérialistes des années 1970, et les régimes dictatoriaux arabes, avec lesquels il ne partageait pas grand-chose d’autre sur le plan idéologique", souligne Khattar Abou Diab, politologue spécialiste du monde arabe et enseignant à l’université Paris-Sud.

Sa fidélité à "ses amis arabes" contribuera cependant à ternir sa réputation lorsque le printemps arabe éclate en 2011. "En décidant de se ranger aux côtés des gouvernants et non avec les peuples qui se soulevaient, Chavez a grandement altéré son image auprès des populations arabes, les mêmes qui l’avaient perçu comme un héros lorsqu’il avait exprimé à maintes reprises son soutien à la cause palestinienne", note Khattar Abou Diab.
 
Hommages de Damas et Téhéran
 
Ainsi, alors que "son ami" le colonel Khadafi tentait d’étouffer par la force un soulèvement populaire en Libye, et que son régime était visé par une intervention militaire internationale, Hugo Chavez lui manifesta son soutien, arguant que les Occidentaux voulaient uniquement prendre le contrôle des gisements d’hydrocarbures libyens. "Où que tu sois, en train de résister à une nouvelle agression impérialiste, que Dieu te protège, te donne santé et longue vie, à toi et au peuple libyen", lui avait notamment dit le leader vénézuelien.
 
Sans surprise, le régime syrien, auquel le président vénézuélien avait également exprimé à plusieurs reprises son soutien en qualifiant de "complot yankee" le soulèvement populaire en Syrie, a rendu hommage mercredi à la mémoire du chef d’Etat vénézuelien. "La mort de Chavez (est) une "grande perte pour moi et pour le peuple syrien" a indiqué Bachar al-Assad.
 
De son côté, Téhéran a décrété mercredi, lendemain de sa mort, un jour de deuil national en hommage au "commandant-président". Selon les médias locaux, Mahmoud Ahmadinejad, qui revendique une relation d'amitié personnelle avec Hugo Chavez, pourrait se rendre aux funérailles organisées au Venezuela vendredi. L'homme fort de Caracas avait effectué treize visites en Iran depuis son accession au pouvoir en 1999, tandis que Mahmoud Ahmadinejad s'était rendu six fois au Venezuela depuis 2005.
 
 

 

Première publication : 06/03/2013

  • VENEZUELA

    À Caracas, une marée humaine accompagne le cercueil de Chavez

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le chavisme, un socialisme accro au pétrole

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Caracas en deuil : Chavez était "un grand, un grand commandant"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)