Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

Moyen-orient

La dépouille de Hugo Chavez exposée à l'Académie militaire de Caracas

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/03/2013

Une chapelle ardente a été dressée à l'Académie militaire de Caracas pour accueillir la dépouille de Hugo Chavez. Personnalités politiques et anonymes défileront devant le cercueil du président défunt pour lui rendre un dernier hommage.

Le cercueil contenant la dépouille du président vénézuélien Hugo Chavez a été déposé et ouvert, mercredi 6 mars, à l'Académie militaire de Caracas, où a été dressée une chapelle ardente jusqu'à ses funérailles prévues vendredi, selon l'AFP.

Le cercueil restera ouvert dans le salon d'honneur de l'enceinte militaire, où se trouvaient de nombreuses personnalités, dont le président par intérim, Nicolas Maduro, ainsi que les chefs d'État argentin, uruguayen et bolivien.

Escorté par des proches de Hugo Chavez, des membres du gouvernement et des centaines de milliers de sympathisants, le cercueil avait franchi dans l'après-midi les portes de l'Académie militaire, après un parcours de sept heures à travers les rues de la capitale.

Sous les applaudissements de la foule et aux cris de "Vive Chavez", des soldats avaient retiré du convoi funèbre le cercueil, porté à l'épaule par plusieurs collaborateurs avant de pénétrer, avec les honneurs militaires, dans le bâtiment.

La chapelle ardente a été dressée dans l'Académie militaire où est née la vocation politique d'Hugo Chavez, cet ancien officier, chef de file de la gauche latino-américaine, à la tête depuis 14 ans du Venezuela, riche pays pétrolier.

Les Vénézuéliens pourront rendre dans la chapelle ardente un dernier adieu à leur

Les premières consignes de vote pour Nicolas Maduro circulent déjà dans la foule

dirigeant charismatique, décédé mardi à 58 ans d'un cancer, avant les obsèques auxquelles doivent assister vendredi de nombreux dirigeants étrangers.

Des centaines de fonctionnaires et membres du parti socialiste au pouvoir ont aussi salué leur dirigeant mercredi en fin de journée, avant que la chapelle ardente ne soit ouverte au public 24 heures sur 24 depuis 21h30 locales (01H00 GMT) et jusqu'aux funérailles nationales. "J'ai trouvé son visage beau. Nous nous souviendrons de lui comme il était, comme il vivait", a témoigné Yelitze Santaella, gouverneure de l'État de Monagas (nord-est).

La télévision publique, qui retransmet en direct, montre des images du cercueil à demi-ouvert, en partie recouvert du drapeau du Venezuela, mais sans filmer directement le visage du défunt président.

Face au cercueil, c'est un défilé incessant. La plupart s'arrête à peine. Certains font un bref signe de croix, effleurent le cercueil ou effecruent des saluts militaires. Un haut-parleur invite les visiteurs à ne prendre aucune photographie.

Des funérailles en grande pompe

Après une nouvelle journée d'hommages jeudi, les funérailles, annoncées à partir de 10H00 (15H30 GMT) vendredi, devraient se dérouler en présence de nombreux dirigeants latino-américains de tous bords politiques, dont certains se trouvent déjà dans la capitale vénézuélienne.

Parmi les présidents d'ores et déjà attendus figurent notamment la Brésilienne Dilma Rousseff, le Péruvien Ollanta Humala, l'Équatorien Rafael Correa, le Nicaraguayen Daniel Ortega, ou encore le Mexicains Enrique Peña Nieto et le Chilien Sebastian Piñera.

Plusieurs d'entre eux ont décrété un deuil national dans leur pays respectif, comme au Pérou, en Équateur, au Nicaragua, à Cuba, au Chili ou au Brésil.

Mercredi, la dépouille du président Chavez a été transférée de l'hôpital militaire où il est décédé jusqu'à l'Académie miliaire, escortée par les bérets rouge de la garde d'honneur présidentielle, après un parcours de sept heures à travers les rues de la capitale.

Avec dépêches

Première publication : 07/03/2013

  • DIAPORAMA

    Jean-Luc Mélenchon : "Chavez ne mourra jamais"

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    À Caracas, une marée humaine accompagne le cercueil de Chavez

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le chavisme, un socialisme accro au pétrole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)