Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

Moyen-orient

La dépouille de Hugo Chavez exposée à l'Académie militaire de Caracas

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/03/2013

Une chapelle ardente a été dressée à l'Académie militaire de Caracas pour accueillir la dépouille de Hugo Chavez. Personnalités politiques et anonymes défileront devant le cercueil du président défunt pour lui rendre un dernier hommage.

Le cercueil contenant la dépouille du président vénézuélien Hugo Chavez a été déposé et ouvert, mercredi 6 mars, à l'Académie militaire de Caracas, où a été dressée une chapelle ardente jusqu'à ses funérailles prévues vendredi, selon l'AFP.

Le cercueil restera ouvert dans le salon d'honneur de l'enceinte militaire, où se trouvaient de nombreuses personnalités, dont le président par intérim, Nicolas Maduro, ainsi que les chefs d'État argentin, uruguayen et bolivien.

Escorté par des proches de Hugo Chavez, des membres du gouvernement et des centaines de milliers de sympathisants, le cercueil avait franchi dans l'après-midi les portes de l'Académie militaire, après un parcours de sept heures à travers les rues de la capitale.

Sous les applaudissements de la foule et aux cris de "Vive Chavez", des soldats avaient retiré du convoi funèbre le cercueil, porté à l'épaule par plusieurs collaborateurs avant de pénétrer, avec les honneurs militaires, dans le bâtiment.

La chapelle ardente a été dressée dans l'Académie militaire où est née la vocation politique d'Hugo Chavez, cet ancien officier, chef de file de la gauche latino-américaine, à la tête depuis 14 ans du Venezuela, riche pays pétrolier.

Les Vénézuéliens pourront rendre dans la chapelle ardente un dernier adieu à leur

Les premières consignes de vote pour Nicolas Maduro circulent déjà dans la foule

dirigeant charismatique, décédé mardi à 58 ans d'un cancer, avant les obsèques auxquelles doivent assister vendredi de nombreux dirigeants étrangers.

Des centaines de fonctionnaires et membres du parti socialiste au pouvoir ont aussi salué leur dirigeant mercredi en fin de journée, avant que la chapelle ardente ne soit ouverte au public 24 heures sur 24 depuis 21h30 locales (01H00 GMT) et jusqu'aux funérailles nationales. "J'ai trouvé son visage beau. Nous nous souviendrons de lui comme il était, comme il vivait", a témoigné Yelitze Santaella, gouverneure de l'État de Monagas (nord-est).

La télévision publique, qui retransmet en direct, montre des images du cercueil à demi-ouvert, en partie recouvert du drapeau du Venezuela, mais sans filmer directement le visage du défunt président.

Face au cercueil, c'est un défilé incessant. La plupart s'arrête à peine. Certains font un bref signe de croix, effleurent le cercueil ou effecruent des saluts militaires. Un haut-parleur invite les visiteurs à ne prendre aucune photographie.

Des funérailles en grande pompe

Après une nouvelle journée d'hommages jeudi, les funérailles, annoncées à partir de 10H00 (15H30 GMT) vendredi, devraient se dérouler en présence de nombreux dirigeants latino-américains de tous bords politiques, dont certains se trouvent déjà dans la capitale vénézuélienne.

Parmi les présidents d'ores et déjà attendus figurent notamment la Brésilienne Dilma Rousseff, le Péruvien Ollanta Humala, l'Équatorien Rafael Correa, le Nicaraguayen Daniel Ortega, ou encore le Mexicains Enrique Peña Nieto et le Chilien Sebastian Piñera.

Plusieurs d'entre eux ont décrété un deuil national dans leur pays respectif, comme au Pérou, en Équateur, au Nicaragua, à Cuba, au Chili ou au Brésil.

Mercredi, la dépouille du président Chavez a été transférée de l'hôpital militaire où il est décédé jusqu'à l'Académie miliaire, escortée par les bérets rouge de la garde d'honneur présidentielle, après un parcours de sept heures à travers les rues de la capitale.

Avec dépêches

Première publication : 07/03/2013

  • DIAPORAMA

    Jean-Luc Mélenchon : "Chavez ne mourra jamais"

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    À Caracas, une marée humaine accompagne le cercueil de Chavez

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le chavisme, un socialisme accro au pétrole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)