Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Amériques

John Brennan confirmé à la tête de la CIA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/03/2013

Nommé à la tête de la CIA il y a deux mois par le président Barack Obama, John Brennan a été confirmé dans ses fonctions par le Sénat américain jeudi. La veille, le vote avait été repoussé par un élu républicain.

John Brennan a été confirmé jeudi à la tête de la CIA par un vote du Sénat américain, deux mois après sa nomination par Barack Obama et au lendemain d'une obstruction historiquement longue d'un élu républicain sur la question des drones.

Les sénateurs ont voté à 63 contre 34 en faveur de John Brennan, 57 ans, actuellement principal conseiller antiterroriste de Barack Obama. Le républicain Rand Paul avait empêché la tenue du vote mercredi en gardant la parole près de 13 heures, pour réclamer de la Maison Blanche une clarification sur l'utilisation de drones aux Etats-Unis.

La confirmation de John Brennan vient compléter l'équipe de sécurité nationale du président, après celles de John Kerry au département d'Etat et de Chuck Hagel au Pentagone.

M. Brennan connaît parfaitement la CIA où il a passé 25 ans. Depuis 2009, il dirigeait la lutte antiterroriste et orchestrait le programme de drones.

Il a ainsi coordonné une "liste de personnes à abattre" appartenant à Al-Qaïda au Pakistan, en Somalie ou au Yémen.

Le processus de sa confirmation a permis de propulser le débat sur les drones à la une de l'actualité. Les sénateurs ont publiquement tancé l'administration sur le manque de transparence du programme.

L'obstruction record de Rand Paul avait pour objectif d'obtenir un engagement écrit confirmant que le président n'avait pas l'autorité pour ordonner une frappe de drones aux Etats-Unis contre un citoyen américain qui ne poserait pas de menace immédiate, par exemple un membre d'une organisation terroriste qui serait "assis à un café".

Selon lui, les règles du programme secret d'assassinats ciblés au Pakistan, en Somalie ou au Yémen ne peuvent s'appliquer sur le sol américain.

Le ministre de la Justice, Eric Holder, lui a répondu jeudi matin dans une lettre sans équivoque.

"J'ai appris que vous aviez maintenant une nouvelle question", écrit-il. "Le président a-t-il le pouvoir d'utiliser un drone armé pour tuer un Américain qui ne soit pas engagé dans un combat sur le sol américain? La réponse à cette question est non".

"Cela a pris du temps, mais nous avons obtenu une réponse explicite", s'est félicité Rand Paul peu avant le vote. "Toute la bataille en valait la peine".

La New America Foundation, à Washington, estime à 350 le nombre de frappes effectuées par des drones depuis 2004 au Pakistan, en majorité sous le mandat de Barack Obama, qui les a intensifiées. Le bilan se situerait selon ce centre de réflexion entre 1.963 et 3.293 morts, dont 261 à 305 civils.

Sous pression, la Maison Blanche a accepté cette semaine de donner accès à certains sénateurs aux mémorandums du département de la Justice, jusque-là jalousement gardés, qui autorisent le président à ordonner des attaques contre des citoyens américains.

 

Première publication : 07/03/2013

  • ETATS-UNIS

    Ces drones "tueurs" qui commencent à faire désordre aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le républicain Chuck Hagel confirmé à la tête du Pentagone

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le général Petraeus interrogé sur l'attaque du consulat de Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)