Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

Afrique

Présidentielle kényane : le camp Kenyatta attend la confirmation de sa victoire

© AFP | Uhuru Kenyatta

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/03/2013

Des résultats provisoires accordent la victoire, dès le premier tour, à Uhuru Kenyatta face au Premier ministre sortant Raila Odinga, qui refuse de reconnaître sa défaite. Les chiffres officiels doivent être annoncés ce samedi.

La Commission électorale indépendante a annoncé, dans la nuit de vendredi à samedi, la victoire à l’élection présidentielle, dès le premier tour, du vice Premier-ministre sortant, Uhuru Kenyatta, avec 50,03 % des suffrages exprimés lors du scrutin du lundi 4 mars. Le fils du "père de l'indépendance" du Kenya ne dépasserait la barre des 50 % que par 4 100 voix tandis que son principal rival, le Premier ministre sortant Raila Odinga, aurait recueilli, de son côté, 43,28 % des voix. Le taux de participation s’élèverait à 86 % des 14,3 millions d'électeurs.

Dès l’annonce de ces résultats, qui doivent encore être confirmés par la Commission électorale, un concert de klaxons s’est fait entendre dans les rues de la capitale Nairobi. "Soyez patients, s'il vous plaît, car c'est une question sérieuse. Nous voulons faire en sorte que nos chiffres soient exacts", a déclaré vendredi Yusuf Nzibo, de la Commission électorale, précisant que l’annonce définitive serait faite samedi matin à 11 heures locales (9h GMT+1).

Refusant de reconnaître sa défaite, Raila Odinga entend se pourvoir en justice si l'élection d'Uhuru Kenyatta est confirmée, a prévenu, samedi, un de ses conseillers.

La lenteur du dépouillement et les "couacs" ont attisé les tensions

Jeudi déjà, la tension était montée d’un cran lorsque le parti de Raila Odinga avait affirmé que les résultats provisoires avaient été manipulés. "Le système électronique de transmission de votes a été un échec total. Et nous avons des preuves indiquant que les résultats que nous recevons ont été falsifiés. Dans certains cas, le nombre de votes dépasse celui d’électeurs inscrits", annonçait Stephen Kalonzo Musyoka, le colistier de Raila Odinga, pour qui "le processus national de comptage manqu[ait] d'intégrité et d[evait] être arrêté". La Commission électorale indépendante avait réagi dans la foulée, réfutant les accusations de fraude.

Mercredi, c’est le camp d’Uhuru Kenyatta qui avait dénoncé la lenteur du dépouillement, qui s’est déroulé sur cinq jours, et l’utilisation du système de transmission électronique des votes, affirmant qu’il était la porte ouverte à des fraudes. "Le système de comptage électronique a été abandonné, explique Stéphanie Braquehais, envoyée spéciale de FRANCE 24 au Kenya. La Commission électorale avait investi dans ce matériel très coûteux pour permettre un deuxième niveau de vérification. Ça n'a pas marché, ça a même carrément planté, comme l’a reconnu mercredi le président de la Commission électorale qui s’est tout de même voulu rassurant : les résultats reflèteront la réalité du vote."

Bien qu’elles soient contestées par les deux camps, les opérations de comptage ont globalement été considérées comme crédibles par les observateurs internationaux. La plupart des Kényans estiment eux-mêmes que le scrutin a été plus transparent que les précédents.

Portrait de Uhuru Kenyatta

Accusé de crime contre l’humanité

En 2007, l'annonce de la défaite de Raila Odinga face au président sortant Mwai Kibaki avait débouché sur les pires violences depuis l'indépendance du pays en 1963. Plus de 1 000 personnes avaient été tuées et 600 000 déplacées. Accusé d'avoir participé à l'organisation des violences, le candidat Uhuru Kenyatta est poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. Jeudi 7 mars, les juges de la CPI ont annoncé le report de son procès pour crimes contre l'humanité. Initialement fixé au 11 avril, il a été repoussé au 9 juillet.

Dans ce contexte, les États-Unis et d'autres pays occidentaux avaient prévenu, avant le scrutin, que leurs relations avec le Kenya seraient compliquées dans le cas d’une victoire d'Uhuru Kenyatta.

"Ce ne sera pas un casse-tête tant qu'il coopérera avec la CPI", assure toutefois un diplomate occidental. "Nous respectons la décision de la majorité des électeurs kényans."

Uhuru Kenyatta et son colistier William Ruto, pour leur part, contestent les accusations portées contre eux et ont promis de coopérer avec la justice internationale.

Première publication : 08/03/2013

  • KENYA

    Présidentielle kényane : impatience et suspicions face au retard des résultats

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    À Kibera, les Kényans retiennent leur souffle dans l'attente des résultats

    En savoir plus

  • KENYA

    La commission électorale kényane annonce une participation record

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)