Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Afrique

Présidentielle kényane : le camp Kenyatta attend la confirmation de sa victoire

© AFP | Uhuru Kenyatta

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/03/2013

Des résultats provisoires accordent la victoire, dès le premier tour, à Uhuru Kenyatta face au Premier ministre sortant Raila Odinga, qui refuse de reconnaître sa défaite. Les chiffres officiels doivent être annoncés ce samedi.

La Commission électorale indépendante a annoncé, dans la nuit de vendredi à samedi, la victoire à l’élection présidentielle, dès le premier tour, du vice Premier-ministre sortant, Uhuru Kenyatta, avec 50,03 % des suffrages exprimés lors du scrutin du lundi 4 mars. Le fils du "père de l'indépendance" du Kenya ne dépasserait la barre des 50 % que par 4 100 voix tandis que son principal rival, le Premier ministre sortant Raila Odinga, aurait recueilli, de son côté, 43,28 % des voix. Le taux de participation s’élèverait à 86 % des 14,3 millions d'électeurs.

Dès l’annonce de ces résultats, qui doivent encore être confirmés par la Commission électorale, un concert de klaxons s’est fait entendre dans les rues de la capitale Nairobi. "Soyez patients, s'il vous plaît, car c'est une question sérieuse. Nous voulons faire en sorte que nos chiffres soient exacts", a déclaré vendredi Yusuf Nzibo, de la Commission électorale, précisant que l’annonce définitive serait faite samedi matin à 11 heures locales (9h GMT+1).

Refusant de reconnaître sa défaite, Raila Odinga entend se pourvoir en justice si l'élection d'Uhuru Kenyatta est confirmée, a prévenu, samedi, un de ses conseillers.

La lenteur du dépouillement et les "couacs" ont attisé les tensions

Jeudi déjà, la tension était montée d’un cran lorsque le parti de Raila Odinga avait affirmé que les résultats provisoires avaient été manipulés. "Le système électronique de transmission de votes a été un échec total. Et nous avons des preuves indiquant que les résultats que nous recevons ont été falsifiés. Dans certains cas, le nombre de votes dépasse celui d’électeurs inscrits", annonçait Stephen Kalonzo Musyoka, le colistier de Raila Odinga, pour qui "le processus national de comptage manqu[ait] d'intégrité et d[evait] être arrêté". La Commission électorale indépendante avait réagi dans la foulée, réfutant les accusations de fraude.

Mercredi, c’est le camp d’Uhuru Kenyatta qui avait dénoncé la lenteur du dépouillement, qui s’est déroulé sur cinq jours, et l’utilisation du système de transmission électronique des votes, affirmant qu’il était la porte ouverte à des fraudes. "Le système de comptage électronique a été abandonné, explique Stéphanie Braquehais, envoyée spéciale de FRANCE 24 au Kenya. La Commission électorale avait investi dans ce matériel très coûteux pour permettre un deuxième niveau de vérification. Ça n'a pas marché, ça a même carrément planté, comme l’a reconnu mercredi le président de la Commission électorale qui s’est tout de même voulu rassurant : les résultats reflèteront la réalité du vote."

Bien qu’elles soient contestées par les deux camps, les opérations de comptage ont globalement été considérées comme crédibles par les observateurs internationaux. La plupart des Kényans estiment eux-mêmes que le scrutin a été plus transparent que les précédents.

Portrait de Uhuru Kenyatta

Accusé de crime contre l’humanité

En 2007, l'annonce de la défaite de Raila Odinga face au président sortant Mwai Kibaki avait débouché sur les pires violences depuis l'indépendance du pays en 1963. Plus de 1 000 personnes avaient été tuées et 600 000 déplacées. Accusé d'avoir participé à l'organisation des violences, le candidat Uhuru Kenyatta est poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. Jeudi 7 mars, les juges de la CPI ont annoncé le report de son procès pour crimes contre l'humanité. Initialement fixé au 11 avril, il a été repoussé au 9 juillet.

Dans ce contexte, les États-Unis et d'autres pays occidentaux avaient prévenu, avant le scrutin, que leurs relations avec le Kenya seraient compliquées dans le cas d’une victoire d'Uhuru Kenyatta.

"Ce ne sera pas un casse-tête tant qu'il coopérera avec la CPI", assure toutefois un diplomate occidental. "Nous respectons la décision de la majorité des électeurs kényans."

Uhuru Kenyatta et son colistier William Ruto, pour leur part, contestent les accusations portées contre eux et ont promis de coopérer avec la justice internationale.

Première publication : 08/03/2013

  • KENYA

    Présidentielle kényane : impatience et suspicions face au retard des résultats

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    À Kibera, les Kényans retiennent leur souffle dans l'attente des résultats

    En savoir plus

  • KENYA

    La commission électorale kényane annonce une participation record

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)