Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

FOCUS

Trois ans après l'annexion, un pont entre la Russie et la Crimée cher à Vladimir Poutine

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fellag : 60 ans d’histoire de l’Algérie revisités avec humour et tendresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Brexit, début de l'implosion du Royaume-Uni ?"

En savoir plus

FRANCE

La société égyptienne retire son offre de reprise pour Petroplus

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/03/2013

L'entreprise égyptienne Arabiyya Lel Istithmaraat est revenue sur son offre de reprise de la raffinerie Petroplus, en Seine-Maritime. La société a expliqué son refus par la complexité judiciaire et le manque de temps qui lui était imparti.

La société égyptienne Arabiyya Lel Istithmaraat a décidé de ne pas poursuivre son offre pour la reprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime), a annoncé vendredi la société dans un communiqué.

"Monsieur Mohammed Metwalli, président de la société Arabiyya Lel Istithmaraat, informe que le conseil d'administration de sa société a pris la décision, le 6 mars
dernier, de ne pas poursuivre l'étude de la reprise des actifs industriels et commerciaux du groupe Petroplus", dit le communiqué.

"Cette décision négative est motivée par la grande complexité de cette reprise dans le cadre de la phase judiciaire actuelle et du peu de temps qui lui est imparti - compte tenu de son entrée tardive dans le processus - pour en maîtriser les risques et présenter un projet industriel viable", ajoute le texte, diffusé par le représentant de la société, Michel Billard de la Motte.

L'offre égyptienne avait été jugée comme la plus sérieuse pour reprendre le site qui emploie 470 personnes par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg début février.

La raffinerie fermera ses portes le 16 avril si aucun repreneur n'est validé par le tribunal de Rouen.

Reuters

Première publication : 08/03/2013

  • FRANCE

    Petroplus devra encore attendre pour trouver un repreneur

    En savoir plus

  • FRANCE

    Petroplus : un candidat égyptien à la reprise

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande : "L’État ne peut pas être le repreneur de Petroplus"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)