Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

FRANCE

La société égyptienne retire son offre de reprise pour Petroplus

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/03/2013

L'entreprise égyptienne Arabiyya Lel Istithmaraat est revenue sur son offre de reprise de la raffinerie Petroplus, en Seine-Maritime. La société a expliqué son refus par la complexité judiciaire et le manque de temps qui lui était imparti.

La société égyptienne Arabiyya Lel Istithmaraat a décidé de ne pas poursuivre son offre pour la reprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime), a annoncé vendredi la société dans un communiqué.

"Monsieur Mohammed Metwalli, président de la société Arabiyya Lel Istithmaraat, informe que le conseil d'administration de sa société a pris la décision, le 6 mars
dernier, de ne pas poursuivre l'étude de la reprise des actifs industriels et commerciaux du groupe Petroplus", dit le communiqué.

"Cette décision négative est motivée par la grande complexité de cette reprise dans le cadre de la phase judiciaire actuelle et du peu de temps qui lui est imparti - compte tenu de son entrée tardive dans le processus - pour en maîtriser les risques et présenter un projet industriel viable", ajoute le texte, diffusé par le représentant de la société, Michel Billard de la Motte.

L'offre égyptienne avait été jugée comme la plus sérieuse pour reprendre le site qui emploie 470 personnes par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg début février.

La raffinerie fermera ses portes le 16 avril si aucun repreneur n'est validé par le tribunal de Rouen.

Reuters

Première publication : 08/03/2013

  • FRANCE

    Petroplus devra encore attendre pour trouver un repreneur

    En savoir plus

  • FRANCE

    Petroplus : un candidat égyptien à la reprise

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande : "L’État ne peut pas être le repreneur de Petroplus"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)