Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Une enquête préliminaire vise le financement de la campagne 2007 de Sarkozy

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

Moyen-orient

Dans des vidéos, le personnel de l'ONU enlevé au Golan affirme être "bien traité"

© Capture d'écran de Youtube

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 08/03/2013

Deux vidéos montrant une partie des 21 observateurs de l'ONU enlevés, mercredi, au Golan par un groupe rebelle syrien ont été diffusées sur Internet. Les otages affirment "ne pas pouvoir rentrer" mais être "bien traités".

La "Brigade des martyrs de Yarmouk" n’en finit plus de communiquer. En moins de 24 heures, pas moins de deux vidéos montrant une partie des 21 observateurs de l’ONU enlevés mercredi 5 mars alors qu’ils patrouillaient sur le plateau du Golan, ont été mises en ligne sur YouTube par les ravisseurs via l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Le but ? Faire savoir que les otages qu’ils présentent comme leurs " invités" sont bien traités.

La plus récente, diffusée vendredi matin, montre un groupe de trois hommes vêtus d’un gilet pare-balles "Philippines UN", assis sur un canapé. Un petit bouquet de roses a été placé devant la caméra, signe de l’environnement favorable dans lequel ils sont "accueillis". La "Brigade des martyrs de Yarmouk" affirme en effet qu’ils n’ont pas "pris le personnel de l’ONU en otage". "Ils sont nos invités. Nous assurons leur sécurité pour les protéger des bombardements perpétrés par l’armée du régime sur la région de Deraa", avait-il ainsi déclaré, jeudi, à FRANCE 24.

La seconde vidéo d'une partie des otages de l'ONU retenus en Syrie

Visiblement en bonne santé, l’un des membres du personnel de l’ONU affirme qu’ils vont "bien". "Nous espérons voir nos familles bientôt", poursuit l’observateur philippin avant d’ajouter qu’il est préférable de rester aux côtés de "l’armée syrienne libre" pour des raisons de sécurité. "Nous ne pouvons pas rentrer à la maison tant que le gouvernement de Bachar al-Assad continue ses bombardements", déclare-t-il.

Les membres de la Force onusienne de l'observation du désengagement sur le Golan (FNUOD) capturés mercredi lors d'une "mission d'approvisionnement" près de Jambla sont chargés de faire respecter le cessez-le-feu entre Israël et la Syrie depuis 1974. La "Brigade des martyrs de Yarmouk" exige le retrait des troupes de Bachar al-Assad de Jambla, ville située à 1,5 km de la ligne de cessez-le-feu.

La première vidéo, tournée dans un endroit différent et diffusée quelques heures plus tôt, dispensait également un message "rassurant". Six hommes en tenue militaire assis les uns à côté des autres racontaient les raisons de leur présence en Syrie. "Nous sommes ici parce qu’en passant de notre position “8.0 Alpha” à Jambla, il y a eu des bombardements. Des civils nous ont aidés et pour notre sécurité, ils nous ont répartis dans différents endroits".

Évitant de se présenter comme des otages, l’officier précise que lui et ses hommes sont bien traités. "Nous allons bien, nous sommes logés dans un endroit confortable. Nous avons de la nourriture pour manger et de l’eau pour boire."

Les responsables de la FNUOD ont engagé des négociations pour libérer les observateurs. L'ONU a fait savoir que la force avait été "en contact avec [les ravisseurs] par téléphone et a confirmé qu'ils n'ont pas été maltraités". Parallèlement sur le plateau du Golan, l'ONU a décidé de réduire ses patrouilles "pour ne pas mettre indûment son personnel en danger".

La première vidéo d'une partie des observateurs de l'ONU enlevés en Syrie

Première publication : 08/03/2013

  • SYRIE

    Rapt des observateurs de l’ONU : un acte "surprenant" de la part des rebelles

    En savoir plus

  • SYRIE

    Une vingtaine d'observateurs de l'ONU capturés par des rebelles syriens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)