Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Irak : des milices sunnites aident les Peshmergas à lutter contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Nigeria souhaite bonne chance à Buhari"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mots vides"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Prise d'otage sanglante à Istanbul

En savoir plus

FOCUS

Iran - Oman : avec les contrebandiers du détroit d'Ormuz

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

Afrique

Ali Larayedh dévoile son nouveau gouvernement

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/03/2013

Le futur Premier ministre tunisien, Ali Larayedh (photo), a dévoilé vendredi la composition de son nouveau gouvernement. Conformément à la promesse des islamistes, des personnalités politiques indépendantes occupent les postes régaliens.

Le futur Premier ministre islamiste Ali Larayedh a annoncé vendredi 8 mars la liste des membres du nouveau gouvernement tunisien. Constitué pour l'essentiel de membres d’Ennahda et des autres partis de la coalition sortante - Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR) du président Marzouki –, ce cabinet honore en partie la promesse "d’élargissement politique" qui avait été faite par les islamistes.

Des indépendants à la tête des ministères régaliens

Les ministères régaliens ont bien été confiés à des personnalités apolitiques, inconnus du grand public. Le ministère de l'Intérieur revient à un procureur, Lotfi Ben Jeddou, celui des Affaires étrangères à un vétéran de la diplomatie tunisienne, Othman Jarandi. Rachid Sabagh et Nadhir Ben Ammou héritent respectivement de la Défense et la Justice. 

En revanche, Ali Larayedh a échoué à intégrer dans son gouvernement d'autre partis que ceux de la coalition sortante. Et une grande partie des ministres du gouvernement démissionnaire conservent leurs postes.

Sur son compte Twitter, Ennahda a ignoré ce problème en soulignant simplement que ses membres ne représentaient plus que 28% du nouveau cabinet (contre 40% dans le précédent), et que les indépendants comptaient désormais 48% des portefeuilles.

Ce nouveau gouvernement doit être soumis, dans les trois jours, aux votes des députés de l’Assemblée nationale constituante (ANC) avant d’entrer en fonction.

Accord in extremis

Un accord sur le gouvernement tunisien avait finalement été trouvé in extremis jeudi 7 mars au soir après deux semaines de négociations tendues. Encore faut-il maintenant que ce nouveau cabinet réussisse son pari : sortir le pays de l'impasse politique. Deux ans après la révolution, le chômage et la misère continuent à faire des ravages dans le pays et les conflits sociaux se multiplient.

L'Assemblée nationale constituante (ANC) doit également adopter une Constitution à une majorité des deux-tiers et ouvrir la voie à de nouvelles élections. Or, Ennahda n'a toujours pas trouvé, même avec ses alliés sortants, de compromis sur ce texte.

Ali Larayedh avait été chargé le 22 février de former le gouvernement, après la démission trois jours plus tôt de Hamadi Jebali qui n’avait pas réussi à imposer la création d’une équipe de personnalités apolitiques pour sortir de la crise provoquée par le meurtre de l’opposant Chokri Belaïd, le 6 février.

Avec dépêches

Première publication : 08/03/2013

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : le président Marzouki entendu comme témoin

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le parti islamiste Ennahda renonce aux ministères régaliens

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : la mouvance salafiste pointée du doigt par Tunis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)