Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat Clinton - Trump : qui a gagné le premier round ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

Moyen-orient

Funérailles d’Hugo Chavez en présence d’une trentaine de chefs d’État

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/03/2013

Les funérailles du président vénézuélien Hugo Chavez, décédé mardi, ont débuté vendredi à Caracas en présence de nombreux chefs d’État dont le dirigeant cubain Raul Castro et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

À 11 heures locales (15h30 GMT) ont débuté à Caracas les funérailles d’Hugo Chavez, décédé mardi 5 mars à l’âge de 58 ans des suites d’un cancer. Les cérémonies se sont déroulées dans l’enceinte de l’académie militaire de Caracas où repose le cercueil du président vénézuélien, entièrement recouvert du drapeau jaune, bleu et rouge étoilé.

Plus d’une trentaine de chefs d’État ont assisté à la cérémonie, formant une haie d’honneur près du cercueil d’Hugo Chavez et observant un moment de recueillement. La plupart des dirigeants latino-américains étaient présents, comme le Cubain Raul Castro ou le Bolivien Evo Morales, tous deux proches de Chavez, mais aussi le Colombien Juan Manuel Santos. La présidente brésilienne Dilma Rousseff et son homologue argentine Cristina Kirchner, de passage jeudi à Caracas, n’ont cependant pas assisté à la cérémonie.

De notre envoyé spécial

Le controversé dirigeant bélarusse Alexandre Loukachenko était présent. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad aussi. Il a embrassé le cercueil et salué la foule en levant le poing, bénéficiant d’une "quasi standing ovation", selon Sylvain Rousseau, envoyé spécial de FRANCE 24 à Caracas. Les États-Unis et les Européens n'ont envoyé que des délégations de second rang à l'exception de l'Espagne, qui, protocole oblige, a dépêché le prince héritier Felipe.

Durant la cérémonie, le vice-président Nicolas Maduro, qui avait été désigné par Hugo Chavez comme son dauphin, a déposé l'épée de Simon Bolivar sur le cercueil. "C'est un véritable symbole ici", explique notre envoyé spécial.

Au Venezuela, un deuil national de sept jours a été décrété. Et depuis mercredi, deux millions de personnes sont venues rendre hommage au "comandante", selon les autorités. Son corps sera exposé au public au moins sept jours de plus et embaumé "comme Lénine", a décrété le vice-président Nicolas Maduro. Vendredi encore, journée déclarée fériée au Venezuela, ils étaient plusieurs dizaines de milliers à former une file d’attente longue de plusieurs kilomètres dans l’espoir de pouvoir se recueillir quelques instants devant la dépouille du défunt chef de l’État.

Juste avant le début des funérailles d’Hugo Chavez, l’opposition a annoncé qu’elle boycotterait la prestation de Nicolas Maduro comme président par intérim, prévue dans la soirée, dénonçant une "violation de la Constitution". Le vice-président est d’ores et déjà favori pour la prochaine élection présidentielle qui doit avoir lieu dans les 30 jours après le décès du président, selon la Constitution.

Première publication : 08/03/2013

  • VENEZUELA

    Funérailles nationales pour Hugo Chavez, embaumé "comme Lénine"

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    La dépouille de Hugo Chavez exposée à l'Académie militaire de Caracas

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le chavisme, un socialisme accro au pétrole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)