Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Moyen-orient

Les 21 agents de l'ONU capturés en Syrie, sont libres en Jordanie

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/03/2013

Au lendemain de l'échec de la libération des 21 observateurs philippins de l'ONU capturés le 6 mars par un groupe rebelle en Syrie, les otages ont finalement été libérés samedi après-midi sur le sol jordanien, selon le gouvernement d'Aman.

Les 21 observateurs philippins de l'ONU capturés mercredi par des rebelles sur le Golan, dans le sud de la Syrie, sont arrivés libres samedi après-midi en Jordanie, ont déclaré à l'AFP un porte-parole du gouvernement jordanien et l'ambassadeur des Philippines à Amman. "Ils sont arrivés en Jordanie, ils sont maintenant sur le sol jordanien", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Samih Maaytah.

L'ambassadeur des Philippines à Amman, Olivia V. Palala, a confirmé cette information. "Je me rends à la frontière pour les rencontrer", a-t-elle déclaré.



Plus tôt, l'Observateur syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait indiqué que les observateurs avaient été transférés du village syrien de Jamla, où ils étaient retenus, vers la vallée de Yarmouk, à la frontière jordanienne, en vue de leur libération.

Une première tentative de sortir les observateurs de Jamla avait échoué vendredi en raison d'un bombardement mené par l'armée syrienne sur un secteur proche, contraignant un convoi de l'ONU qui devait les évacuer à faire marche arrière.

Mais le régime a ensuite donné son accord pour une trêve en vue d'une évacuation des 21 observateurs de la Force de l'observation du désengagement sur le Golan (FNUOD) chargée depuis 1974 de faire respecter un cessez-le-feu entre Israël et la Syrie. Le Golan est occupé en grande partie par Israël.

Le groupe rebelle "la Brigade des martyrs de Yarmouk" avait revendiqué la capture des observateurs mercredi. Les ravisseurs, qui avaient initialement réclamé un retrait de l'armée syrienne de la région, avaient ensuite demandé l'arrêt des bombardements pour permettre la libération des Casques bleus.

Il s'agissait du premier enlèvement de ce genre depuis le début du conflit en Syrie il y a près de deux ans.

Avec dépêches

Première publication : 09/03/2013

  • SYRIE

    Tentative avortée de l’ONU pour libérer les 21 observateurs

    En savoir plus

  • SYRIE

    Dans des vidéos, le personnel de l'ONU enlevé au Golan affirme être "bien traité"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Rapt des observateurs de l’ONU : un acte "surprenant" de la part des rebelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)