Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Amériques

Les îles Malouines se prononcent par référendum sur leur statut

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/03/2013

Les Malouines, pomme de discorde entre Londres et Buenos Aires, se prononceront dimanche et lundi sur le maintien de leur statut de territoire britannique d'Outre-mer. L'ONU, une nouvelle fois, appelle les deux pays à engager des pourparlers.

Le conflit sur la souveraineté de ce territoire n'est pas terminé. Le référendum d'autodétermination organisé par le pouvoir britannique aux Malouines les 10 et 11 mars "ne mettra pas un terme au différend sur la souveraineté" de l'archipel de l'Atlantique sud, a souligné vendredi le ministère argentin des Affaires étrangères.

Pour le gouvernement argentin, qui revendique les îles situées à 400 km de ses côtes, la tenue du référendum est une "tentative britannique de manipulation".

Les Nations unies appelle les deux pays à engager des pourparlers. Mais Buenos Aires dénonce le refus de Londres, pour qui l'archipel restera un territoire d'outre-mer britannique. "La République argentine regrette ces initiatives irresponsables et de mauvaise foi du Royaume-Uni et demande à ce pays de reconsidérer sérieusement sa politique", ajoute le ministère argentin des Affaires étrangères dans un communiqué.

Plus de trente ans après la guerre des Malouines (1982) qui a fait plus de 900 morts, la découverte de gisements de pétrole à la fin des années 1990 n'a fait qu'aiguiser l'intérêt pour l'archipel de 2 500 habitants, où sont stationnés 1 300 militaires britanniques.

Les Îles Malouines, balayées par le vent tout au long de l'année et dont la première ressource est la pêche, font l'objet, depuis leurs découvertes, d'une querelle entre Londres et Buenos Aires. Elles ont été successivement espagnoles (1713-1816), argentines (1816-1833) puis britanniques (depuis 1833).

Le Nobel Perez Esquivel juge le référendum illégitime

Le prix Nobel de la paix argentin Adolfo Perez Esquivel a adressé une lettre au ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron, dans laquelle il dénonce un scrutin sans "aucune légitimité" sur l'autodétermination de l'archipel, qui selon lui, restera "une colonie britannique".

"Non seulement, argumente-t-il, parce qu'il s'agit d'une population britannique implantée à compter de l'expulsion des autorités argentines au 19e siècle, mais aussi parce que les Nations unies n'ont pas décidé de sa tenue".

"Nous savons tous que le résultat de ce référendum ne modifiera pas la situation juridique ou historique des îles Malouines. Elles continueront d'être une colonie britannique et les habitants continueront d'être britanniques", a déploré le prix Nobel.

Perez Esquivel a reçu le prix Nobel de la paix en 1980 pour son engagement en faveur des droits de l'Homme pendant la dictature des généraux argentins (1976-83), qui ont ordonné l'intervention militaire aux Malouines.

"Monsieur David Cameron, la force ne donne pas le droit et encore moins quand elle cherche à justifier la base militaire installée dans les îles, en violation des résolutions et traités de démilitarisation et de non prolifération d'armes nucléaires dans l'Atlantique sud...", a t-il ajouté.

Avec dépêches

Première publication : 09/03/2013

  • DIPLOMATIE

    Trente ans après la guerre avec Londres, Buenos Aires lorgne toujours du côté des Malouines

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Malouines : Buenos Aires dépose une plainte contre Londres à l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)