Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gilberto Rodrigues Léal : le MUJAO annonce la mort du français enlevé au Mali

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové et Guy Verhofstadt, candidats à la présidence de la Commission européenne

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Elio Di Rupo, Premier ministre belge

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : les coulisses d'une libération

En savoir plus

FOCUS

Dans la ville natale de Jean Paul II, la "papamania" est au beau fixe

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

SUR LE NET

Un père syrien se bat en ligne pour retrouver son fils

En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Ligue des champions : à Madrid, Chelsea neutralise l'Atlético

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

  • Les islamistes du Mujao annoncent la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

    En savoir plus

  • France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • Cette saison, les guides népalais ne graviront pas l'Everest

    En savoir plus

  • Fin de l’incendie de Valparaiso : près de mille hectares détruits

    En savoir plus

  • L'opposant russe Alexeï Navalny reconnu coupable de "diffamation"

    En savoir plus

  • Ryan Giggs joue les entraîneurs pour Manchester United

    En savoir plus

  • Washington lie la Russie aux séparatistes ukrainiens, photos à l’appui

    En savoir plus

Afrique

Grève des forces de l'ordre égyptiennes contre leur "instrumentalisation"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/03/2013

Depuis jeudi, un mouvement de contestation au sein de la police et des forces anti-émeutes égyptiennes fait tâche d'huile. Des milliers d'agents sont en grève pour protester contre leur instrumentalisation par les islamistes au pouvoir.

D'Alexandrie au Caire, les forces de l'ordre en ont ras le képi et le font savoir. Depuis jeudi dernier, un mouvement de contestation sans précédent au sein de la police égyptienne prend de l'ampleur. Des milliers d'agents se sont mis en grève à travers tout le pays, alors que seules quelques villes étaient touchées jusqu'alors.

Signe que le malaise est profond : ces derniers jours, la grogne s'est également étendue aux forces anti-émeutes, les Forces de la sécurité centrale (FSC)... qui n'avaient plus connu un tel mouvement depuis 1986. À Ismaïliya, sur le canal de Suez, les FSC ont ainsi refusé de se rendre dans la ville voisine de Port-Saïd, où les heurts entre policiers et manifestants ont fait une cinquantaine de morts, dont trois policiers, depuis fin janvier. M. Morsi a dû faire appel à l'armée pour assurer la sécurité à Port-Saïd.

Convaincus d'être instrumentalisés par le pouvoir en place, accusés d'usage excessif de la force par l'opposition et les jeunes manifestants hostiles au président islamiste Mohamed Morsi et aux Frères musulmans, policiers et FSC ont donc décidé de ne plus obéir aux ordres de leur hiérarchie.

Dépolitiser la police

"Nous suspendons notre travail sine die car nous refusons d'assumer la responsabilité des erreurs du gouvernement qui veut nous impliquer dans le conflit politique, affirme à l'AFP Hassan Mostafa, un colonel de police à Port-Saïd. Toute la société est contre nous, elle considère les manifestants (tués dans les heurts) comme des martyrs, alors que nous n'avons même pas le droit de nous défendre", ajoute celui-ci, traduisant le sentiment de la plupart de ses collègues qui se sentent détestés par leurs concitoyens alors qu'ils assurent respecter simplement les consignes.

De son côté, le général Hefni Abdel Tawab, du QG de la police à Alexandrie, explique, lui, dans les colonnes du journal "Al-Chorouk", que les policiers "font les frais de conflits politiques, alors qu'ils risquent des poursuites judiciaires (si des manifestants meurent) ou d'être tués" dans les heurts.

Les policiers veulent une loi établissant clairement leurs pouvoirs et leurs devoirs, et réclament des armes pour faire face aux manifestations violentes qui se multiplient depuis novembre.

Pour essayer d'apaiser les tensions, le ministre de l'Intérieur, Mohamed Ibrahim, a limogé le commandant de la police anti-émeutes, vendredi dernier, et l'a remplacé par un nouveau chef. Dimanche, ce dernier a également pris la défense des forces de l'ordre, même s'il a affirmé que les contestataires étaient minoritaires au sein de l'institution. Les policiers n'ont pas "effectué un seul tir" sur des manifestants depuis le début du soulèvement populaire de 2011, a-t-il déclaré. 

"Limoger le ministre de l'Intérieur"

"Nous poursuivrons notre grève jusqu'à ce que le gouvernement accepte nos revendications, à savoir éloigner la police de la politique (...) et limoger le ministre de l'Intérieur", a répliqué, pour sa part, le colonel Mohamed Fawzi, du QG de la police au Caire, dans le journal "Al-Chorouk".

Cette grève intervient alors que l'Égypte a connu une nouvelle flambée de violences, ce week-end, à la suite de la confirmation de la condamnation à la peine de mort de 21 supporters de Port-Saïd pour leur rôle dans l'émeute et la bousculade qui avaient fait 74 morts l'an dernier, en marge d'un match de football, et que le président Morsi est fortement contesté par une partie de la population.

La police est mal vue depuis des décennies par une bonne partie de la population égyptienne. Et malgré la chute début 2011 de Hosni Moubarak, qui s'appuyait sur un appareil policier brutal et tentaculaire, elle est toujours considérée comme un instrument de répression. Selon les organisations égyptiennes de défense des droits de l'Homme, plus de 70 manifestants ont, en effet, été tués depuis novembre dernier. Les accusations d'enlèvement ou de tortures ayant coûté la vie à deux jeunes militants, Mohammed El-Guendi et Mohammed el-Chafeï, ont récemment suscité une vive émotion et relancé les appels à la réforme.

Pour certains commentateurs, cette rébellion des forces de l'ordre est d'ailleurs très inquiétante : "Le ministère de l'Intérieur est sur le point de s'effondrer (..) et je ne vois d'autre solution qu'une élection présidentielle anticipée", a ainsi affirmé Abdel Rahmane Youssef, un éditorialiste islamiste modéré, dans "Al-Chorouq".

Avec dépêches
 

Première publication : 11/03/2013

  • ÉGYPTE

    Drame de Port-Saïd : violences meurtrières au Caire après la confirmation des peines de mort

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Nouveaux affrontements entre la police et des manifestants à Port-Saïd

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les violences à Port-Saïd ont fait six morts, dont trois policiers

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)