Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

EUROPE

Corruption : le parquet demande un jugement immédiat de Berlusconi

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/03/2013

Le parquet de Naples a officiellement demandé, lundi, un jugement immédiat de l’ancien président du Conseil italien pour avoir corrompu un sénateur du camp Prodi en 2006. Une procédure permise lorsque les preuves sont accablantes.

Silvio Berlusconi n'en finit pas d'avoir affaire à la justice. Le parquet de Naples a demandé, lundi 11 mars, le renvoi en jugement immédiat de l'ex-chef du gouvernement italien, soupçonné de corruption pour avoir "acheté" il y a plusieurs années un sénateur de l'opposition.

Ce dernier, Sergio De Gregorio, avait quitté la coalition hétéroclite de gauche, dirigée par Romano Prodi, quelques mois après l’élection du parti lors des législatives de 2006, pour rejoindre le camp du Cavaliere. Alors que la victoire ne s’était jouée qu’à une poignée de voix, la défection du sénateur élu dans la circonscription de Naples avait d’autant plus fragilisé la majorité, accélérant la chute de la gauche en 2008.

La procédure de "jugement immédiat" prévoit que le dossier passe au juge des audiences préliminaires qui décide dans un laps de temps assez bref, une dizaine de jours maximum, s'il l'accepte ou non. S'il l'accepte, toute la phase des audiences préliminaires qui doit en principe décider du renvoi en justice ou non d'un inculpé et qui peut durer plus d'un an, est évitée et l'on passe directement au procès. En cas de refus, le parquet peut toujours opter pour la procédure ordinaire.

"Naturellement que j'ai pris de l'argent de Berlusconi"

Selon le parquet, Silvio Berlusconi aurait versé trois millions d'euros, dont deux en espèces, à Sergio De Gregorio pour le débaucher. Une version confirmée par le sénateur : "Naturellement que j'ai pris de l'argent de Berlusconi, je l'ai d'ailleurs déjà dit aux magistrats", a déclaré Sergio De Gregorio dans une récente interview.

"J'ai mûri la décision de clarifier, de raconter, d'assumer mes responsabilités, y compris pénales, après avoir rêvé de mon père qui m'incitait à me libérer de mes fardeaux, à devenir un homme libre pour pouvoir recommencer", a-t-il expliqué pour justifier son choix de tout déballer devant les magistrats.

"Un attentat contre la démocratie"

Du côté des dirigeants du Peuple de la liberté (PDL), le parti de Silvio Berlusconi, on tente de minimiser l’affaire en rappelant que ce ne fut pas Sergio de Gregorio qui a fait chuter le gouvernement de Romano Prodi, mais le ministre de la Justice de ce dernier, Clemente Mastella, en quittant début 2008 la coalition de gauche.

Romano Prodi a pour sa part estimé que cela représentait "un épisode très triste, et si c'est vrai, un attentat contre la démocratie".

Le Cavaliere a été accusé à plusieurs reprises par ses adversaires politiques d'avoir acheté des voix ou des élus, mais c'est la première fois qu'il se retrouve officiellement accusé pour un cas concret de corruption d'un homme politique. Le même jour, il a été accusé par les magistrats du nord de l'Italie de tricher sur son état de santé pour éviter le réquisitoire dans une autre affaire judiciaire, le Rubygate.
 

Avec dépêches

Première publication : 11/03/2013

  • ITALIE

    Berlusconi condamné à un an de prison pour violation du secret de l'instruction

    En savoir plus

  • ITALIE

    Les électeurs silencieux de Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le règne de Silvio Berlusconi s'achève sous une pluie d'insultes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)