Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef

En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour le tournage de "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG hérite de Barcelone, Monaco de Benfica

    En savoir plus

EUROPE

Corruption : le parquet demande un jugement immédiat de Berlusconi

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/03/2013

Le parquet de Naples a officiellement demandé, lundi, un jugement immédiat de l’ancien président du Conseil italien pour avoir corrompu un sénateur du camp Prodi en 2006. Une procédure permise lorsque les preuves sont accablantes.

Silvio Berlusconi n'en finit pas d'avoir affaire à la justice. Le parquet de Naples a demandé, lundi 11 mars, le renvoi en jugement immédiat de l'ex-chef du gouvernement italien, soupçonné de corruption pour avoir "acheté" il y a plusieurs années un sénateur de l'opposition.

Ce dernier, Sergio De Gregorio, avait quitté la coalition hétéroclite de gauche, dirigée par Romano Prodi, quelques mois après l’élection du parti lors des législatives de 2006, pour rejoindre le camp du Cavaliere. Alors que la victoire ne s’était jouée qu’à une poignée de voix, la défection du sénateur élu dans la circonscription de Naples avait d’autant plus fragilisé la majorité, accélérant la chute de la gauche en 2008.

La procédure de "jugement immédiat" prévoit que le dossier passe au juge des audiences préliminaires qui décide dans un laps de temps assez bref, une dizaine de jours maximum, s'il l'accepte ou non. S'il l'accepte, toute la phase des audiences préliminaires qui doit en principe décider du renvoi en justice ou non d'un inculpé et qui peut durer plus d'un an, est évitée et l'on passe directement au procès. En cas de refus, le parquet peut toujours opter pour la procédure ordinaire.

"Naturellement que j'ai pris de l'argent de Berlusconi"

Selon le parquet, Silvio Berlusconi aurait versé trois millions d'euros, dont deux en espèces, à Sergio De Gregorio pour le débaucher. Une version confirmée par le sénateur : "Naturellement que j'ai pris de l'argent de Berlusconi, je l'ai d'ailleurs déjà dit aux magistrats", a déclaré Sergio De Gregorio dans une récente interview.

"J'ai mûri la décision de clarifier, de raconter, d'assumer mes responsabilités, y compris pénales, après avoir rêvé de mon père qui m'incitait à me libérer de mes fardeaux, à devenir un homme libre pour pouvoir recommencer", a-t-il expliqué pour justifier son choix de tout déballer devant les magistrats.

"Un attentat contre la démocratie"

Du côté des dirigeants du Peuple de la liberté (PDL), le parti de Silvio Berlusconi, on tente de minimiser l’affaire en rappelant que ce ne fut pas Sergio de Gregorio qui a fait chuter le gouvernement de Romano Prodi, mais le ministre de la Justice de ce dernier, Clemente Mastella, en quittant début 2008 la coalition de gauche.

Romano Prodi a pour sa part estimé que cela représentait "un épisode très triste, et si c'est vrai, un attentat contre la démocratie".

Le Cavaliere a été accusé à plusieurs reprises par ses adversaires politiques d'avoir acheté des voix ou des élus, mais c'est la première fois qu'il se retrouve officiellement accusé pour un cas concret de corruption d'un homme politique. Le même jour, il a été accusé par les magistrats du nord de l'Italie de tricher sur son état de santé pour éviter le réquisitoire dans une autre affaire judiciaire, le Rubygate.
 

Avec dépêches

Première publication : 11/03/2013

  • ITALIE

    Berlusconi condamné à un an de prison pour violation du secret de l'instruction

    En savoir plus

  • ITALIE

    Les électeurs silencieux de Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le règne de Silvio Berlusconi s'achève sous une pluie d'insultes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)