Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

Afrique

Meurtre de Chokri Belaïd : l'opposition tunisienne réclame une enquête de l'ONU

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/03/2013

Un mois après le meurtre de l'opposant tunisien, le parti de Chokri Belaïd a annoncé son intention de saisir le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU pour qu'il ouvre une enquête, émettant des "doutes" sur la justice du pays.

Le parti de Chokri Belaïd a annoncé, ce lundi, qu'il allait demander au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies d'enquêter sur l'assassinat de cet opposant laïque aux islamistes au pouvoir en Tunisie. Le Parti des patriotes démocrates dit ne pas avoir confiance dans le système judiciaire tunisien.

"Nous sommes convenus (...) d'aller devant le Conseil des droits de l'Homme, à Genève, pour demander une enquête sur le meurtre de Belaïd car nous avons des doutes au sujet de l'appareil judiciaire tunisien", a dit l'un des responsables de cette formation, Zied Lakhdar, à Reuters.

"Nous pensons que l'enquête n'a pas été menée de manière sérieuse et qu'il y a beaucoup de doutes et d'ambiguïtés", a-t-il ajouté.

L'assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février, a déclenché de vastes manifestations hostiles au parti islamiste Ennahda, parvenu au pouvoir après la chute de Zine el-Abidine Ben Ali en 2011. L'opposition accuse les islamistes d'avoir laissé s'instaurer un climat de violences en Tunisie contre le camp laïque.

Les autorités tunisiennes ont annoncé l'arrestation de quatre salafistes accusés de complicités dans le meurtre de Chokri Belaïd, mais l'auteur des coups de feu est toujours en fuite.

Reuters

Première publication : 11/03/2013

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : la mouvance salafiste pointée du doigt par Tunis

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La veuve de Belaïd annonce la création d'une fondation contre la violence

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : le président Marzouki entendu comme témoin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)