Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Afrique

Meurtre de Chokri Belaïd : l'opposition tunisienne réclame une enquête de l'ONU

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/03/2013

Un mois après le meurtre de l'opposant tunisien, le parti de Chokri Belaïd a annoncé son intention de saisir le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU pour qu'il ouvre une enquête, émettant des "doutes" sur la justice du pays.

Le parti de Chokri Belaïd a annoncé, ce lundi, qu'il allait demander au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies d'enquêter sur l'assassinat de cet opposant laïque aux islamistes au pouvoir en Tunisie. Le Parti des patriotes démocrates dit ne pas avoir confiance dans le système judiciaire tunisien.

"Nous sommes convenus (...) d'aller devant le Conseil des droits de l'Homme, à Genève, pour demander une enquête sur le meurtre de Belaïd car nous avons des doutes au sujet de l'appareil judiciaire tunisien", a dit l'un des responsables de cette formation, Zied Lakhdar, à Reuters.

"Nous pensons que l'enquête n'a pas été menée de manière sérieuse et qu'il y a beaucoup de doutes et d'ambiguïtés", a-t-il ajouté.

L'assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février, a déclenché de vastes manifestations hostiles au parti islamiste Ennahda, parvenu au pouvoir après la chute de Zine el-Abidine Ben Ali en 2011. L'opposition accuse les islamistes d'avoir laissé s'instaurer un climat de violences en Tunisie contre le camp laïque.

Les autorités tunisiennes ont annoncé l'arrestation de quatre salafistes accusés de complicités dans le meurtre de Chokri Belaïd, mais l'auteur des coups de feu est toujours en fuite.

Reuters

Première publication : 11/03/2013

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : le président Marzouki entendu comme témoin

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La veuve de Belaïd annonce la création d'une fondation contre la violence

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : la mouvance salafiste pointée du doigt par Tunis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)