Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'un des auteurs présumés du viol collectif dans un bus de New Delhi s’est pendu

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/03/2013

Le principal accusé du viol collectif d'une jeune Indienne de New Delhi s'est suicidé lundi dans sa cellule. L’affaire, qui a profondément choqué l'Inde, avait conduit à des manifestations à travers le pays pendant plusieurs jours en décembre 2012.

Le meneur présumé du viol collectif d'une étudiante en Inde, une affaire qui avait bouleversé le pays en décembre dernier, s'est pendu lundi dans sa cellule à New Delhi, provoquant la colère de la famille de la victime.

Le corps de Ram Singh, l'un des six auteurs présumés du viol ayant entraîné la mort de l'étudiante de 23 ans, a été retrouvé peu avant l'aube dans la cellule qu'il occupait seul, ont indiqué les autorités pénitentiaires de la prison de haute sécurité, Tihar, dans le nord de la capitale fédérale indienne.

"Il a noué ensemble tous ses vêtements, est monté sur un tabouret en bois et s'est pendu au plafonnier", a déclaré à l'AFP un responsable de la prison, Sunil Gupta. La justice a ouvert une enquête pour déterminer s'il y a eu des failles dans la sécurité, a-t-il précisé.

Ram Singh était le conducteur de l'autobus dans laquelle la victime était montée, avec son compagnon, après une séance au cinéma le soir du 16 décembre. Singh et des amis, après avoir beaucoup bu, avaient emprunté le véhicule pour une virée nocturne dans New Delhi.

Le groupe avait passé à tabac le compagnon, puis violé, battu et torturé la jeune femme avec une barre de fer, avant de balancer le couple sur le trottoir. Transférée dans un hôpital de Singapour après plusieurs opérations chirurgicales en Inde, l'étudiante avait succombé le 29 décembre.

Singh avait comparu plusieurs fois devant une cour d'assises de New Delhi pour répondre des chefs d'accusation de meurtre, viol et enlèvement. Il encourait la peine de mort.

Selon le père de la victime, son suicide témoigne d'une claire négligence des autorités, qui prive la famille du droit à la justice.

"Nous ne comprenons pas comment la police a pu échouer à protéger Ram Singh. Ils savaient qu'il était l'accusé principal dans l'affaire de ma fille", a dénoncé le père, qui ne peut être nommé pour des raisons juridiques.

"Pourquoi l'ont-ils laissé choisir la façon dont il voulait mourir ? La police a échoué et je me demande ce qu'il va advenir du procès désormais", a-t-il ajouté.

La mère de la victime a pour sa part confié son choc en apprenant la nouvelle: "Je voulais simplement la justice pour ma fille. Le principal accusé est mort. Peut-être est-ce la culpabilité qui l'a tué ?", a-t-elle dit à l'AFP.

Selon un responsable de la police, qui a requis l'anonymat, le procès devrait toutefois se poursuivre. Ram Singh avait été présenté pour la première fois à un juge le 3 janvier.

"Le procès continue. Il n'y a aucune raison pour que le procès en pâtisse", a ajouté le policier, qui a travaillé sur le dossier, précisant que Singh s'était suicidé à 05H15 locales.

Outre Ram Singh, quatre hommes, dont son frère Mukesh, sont actuellement jugés en cour d'assises. Un cinquième auteur présumé, âgé de 17 ans, est jugé séparément par une juridiction pour mineurs et il encourt une peine maximale de trois ans dans un centre pour mineurs délinquants.

Singh, un veuf d'une trentaine d'années originaire du Rajasthan (ouest), était le chauffeur habituel de l'autobus qui servait en temps normal au transport scolaire. Il vivait dans un bidonville de la capitale, Ravi Dass Colony, où ses voisins l'ont décrit comme un bagarreur et un alcoolique.

Son corps a été transporté à l'hôpital public Deen Dayal Upadhyay et son frère a été prévenu, a indiqué une source policière.

Le viol collectif, qui a eu un retentissement international, a profondément choqué en Inde et de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer la façon dont la police et la justice méprisaient les affaires d'agressions sexuelles.

AFP

Première publication : 11/03/2013

  • INDE

    Viol d'une étudiante : cinq accusés plaident non coupables

    En savoir plus

  • INDE

    Les propriétaires d’armes à feu encouragés à patrouiller pour protéger les femmes de New Delhi

    En savoir plus

  • INDE

    Nouvelle affaire de viol collectif en Inde, six arrestations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)